Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 18:06

Liban: Le politicien Michel Aoun craint la montée du fondamentalisme islamique

«Celui qui veut une solution pour le Liban doit y intégrer les chrétiens»   

Andrea Krogmann, Apic / Traduction: Bernard Bovigny

Rabieh, 19 septembre 2014 (Apic) Le politicien libanais Michel Aoun, président du Courant patriotique libre depuis 1992, voit dans les chiites les partenaires musulmans des chrétiens dans le combat contre l'islamisme. Interviewé par l'Apic dans sa résidence à Rabieh, l'ancien chef du gouvernement intérimaire et ancien chef des armées libanaises met en garde contre une disparition des chrétiens au Proche-Orient.

 

 

L'histoire a montré que les sunnites et les chiites ne parviennent pas à cohabiter et ont besoin des chrétiens comme partenaires, affirme-t-il. Ce chrétien maronite âgé de 81 ans est un candidat possible au siège de la présidence, vacant depuis plus de 3 mois.

Apic: Général Aoun, il y a un an, lors d'une conférence sur l'avenir des chrétiens au Levant, vous aviez mis en garde face à l'avancée du terrorisme islamique. Or, depuis, il fait régulièrement la une des médias. Les temps des chrétiens au Proche-Orient est-t-il terminé?

Michel Aoun: C'est une question difficile actuellement. Depuis 1948, et même depuis plus longtemps en réalité, le nombre de chrétiens au Levant décroît. Et même de façon accélérée à certains moments. Prenons comme exemple Israël et la Palestine. Le nombre de chrétiens à Jérusalem se maintient actuellement à 1 ou 2%. Si ça continue, ce sera la fin de la présence chrétienne dans cette ville. Les lieux saints seront vidés des chrétiens et passeront en mains juives. Les chrétiens devront payer une entrée pour visiter leurs églises. Et pourtant, la Palestine a toujours été la source des chrétiens. Si cette source se tarit, cela sera la fin des chrétiens dans le monde.

Apic: Où voyez-vous les raisons de cette évolution?

 

Aoun: La situation politique, mais également les conditions économiques, en Palestine, au Proche-Orient et en Afrique du Nord favorisent l'émigration. Le Levant – Palestine, Syrie, Irak, Liban – était au temps de l'invasion islamique le territoire où se trouvait la plus importante présence chrétienne. Il s'en est suivi une cohabitation étroite avec les musulmans. Ils ont partagé une culture et une façon de vivre très rapprochées. Et c'est cela qui est actuellement attaqué.

Apic: Déjà depuis le début de la crise syrienne, vous vous êtes vivement opposé à une attaque contre le président syrien Bachar al Assad, contrairement à la majorité des gouvernements occidentaux …

Aoun: Quelques semaines avant le début de la guerre, lors d'un repas pris ensemble à Damas, Assad m'avait annoncé des réformes très crédibles. Malheureusement, il a ensuite été contraint de mener la guerre. Je ne le défends pas, ni ne le soutiens. Mais je suis clairement opposé à cette attaque, par soucis de ce qui vient après Assad: une domination des islamistes. Ce qui se passe ici arrivera tôt ou tard en Occident. Le fondamentalisme ne se laisse pas stopper par les frontières ou avec des armes. L'Occident ne veut pas voir ce danger.

Apic: Vous parlez des milices de l'Etat islamique?

Aoun: Etat islamique, Jabhat al-Nusra, Frères musulmans, Fatah al-Islam: derrière tous ces noms se trouve Al-Qaida et le rejet des autres.

Apic: Et cela signifie …

Aoun: La démocratie est perçue comme en contradiction avec la charia. Il ne peut pas y avoir de démocratie, pas de respect face à la conscience des autres, pas de liberté d'opinion. Rien de ce qui est mentionné dans la Déclaration des droits de l'homme.

Le deuxième but est l'islamisation du monde entier. Cette doctrine comprend la non reconnaissance des frontières des pays, la proclamation de la Nation islamique en tant que unique Etat et l'introduction de la charia dans le monde entier, sans liberté de vote. Les chrétiens n'ont une place que s'ils se convertissent ou paient une taxe spéciale. Ils ont peut-être la possibilité de partir, mais où, si ces groupes parviennent à transformer la région en Etat islamique? Actuellement nous nous battons afin que cela ne se passe pas au Liban.

Apic: Mais cette menace existe, comme l'a montré le vandalisme exercé très récemment dans une église à Tripoli, au nord du Liban …

Aoun: Les menaces sont minimes actuellement. La Syrie n'est pas encore tombée. Et elle ne tombera pas aux mains de l'Etat islamique. Le Liban dispose d'une ceinture de sécurité du nord au sud, assurée par l'armée syrienne et le Hezbollah, et d'un équilibre des forces à l'intérieur du pays, qui nous protège. Il serait donc très difficile actuellement pour des salafistes d'infiltrer le pays. La composition de la société libanaise constitue une protection supplémentaire. Les chiites sont très liés avec les chrétiens, entre autres pour des raisons historiques. Les chiites et les maronites ont vécu ensemble dans les montagnes à l'époque de la persécution et ont un héritage commun, des traditions communes.

Apic: Les chrétiens seraient-ils plus proches des chiites que des sunnites?

Aoun: Il n'y a pas de salafistes chez les chiites. Ils prônent le respect des autres et la liberté de conscience. Le fondateur des chiites avait un code moral très solide. Dans ses écrits, nous trouvons des idées très modernes, par exemple qu'il existe deux sortes d'hommes: les frères en religion, et les autres, qui sont équivalents dans la création. Tous ont les mêmes droits. Les chiites cherchent également des solutions aux problèmes d'aujourd'hui non pas dans le passé, mais dans le présent et le futur. Pour les chrétiens, il est très réconciliant de voir qu'il existe ici un groupe tolérant, dont la doctrine est proche de la morale catholique. Et enfin, Marie joue un rôle significatif chez les chiites. On y trouve une grande vénération mariale.

Apic: Les chiites seraient-ils les partenaires des chrétiens dans la lutte contre l'islamisme?

Aoun: Oui. Mais malheureusement le Hezbollah est perçu comme un groupe terroriste à cause d'Israël, alors qu'il ne l'est pas. Il n'a jamais commis des actes terroristes, mais accompli de la résistance, lorsqu'Israël a occupé le sud du Liban. Lorsque je demande en Occident pourquoi le Hezbollah est perçu comme un groupe terroriste, personne n'a de réponse. Tout ce qui s'oppose à Israël est considéré comme terroriste, même quand Israël nous menace.

Apic: Israël serait-il la racine de tous le maux dans la région?

Aoun: En 2000, Israël devait se retirer du Liban. En 2006, il était battu au Liban et en 2014 à Gaza. Si Israël ne fait pas la paix avec ses voisins, la prochaine guerre se déroulera sur territoire israélien.

Apic: Au Liban, le parlement a retardé les élections d'une année. La recherche d'un nouveau président a été vaine durant plusieurs mois. Où va le Liban?

Aoun: D'après les accords de Taef, qui ont clos la guerre civile en 1989, les chrétiens disposent de la moitié des sièges du parlement. Les règlements électoraux doivent être modifiés, afin de favoriser la cohabitation entre musulmans et chrétiens et de garantir une représentation équitable entre les différents groupes chrétiens. J'ai déposé une motion dans ce sens, qui prévoit une élection des députés par les confessions concernées. Elle a été rejetée, par peur de la perte des privilèges.

Encore plus importante serait la modification de l'élection présidentielle par une élection directe, ce qui est la solution la plus démocratique. Là aussi ma proposition a été rejetée. Pour les opposants, l'élection du président doit rester soumise à ce partage du pouvoir artificiel. Mais je ne suis pas prêt à céder sur cette question, car lâcher signifie tout perdre demain. L'histoire arabe de plusieurs siècles nous l'apprend: les sunnites et les chiites ne peuvent pas vivre ensemble. Celui qui veut une solution pour le Liban doit intégrer les chrétiens.

(apic/ak/bb)

Partager cet article

Repost 0
Published by voxpop - dans La France en résistance

Bienvenue

  • : Le blog de voxpop
  • : Immigration en France : Etat des lieux, réflexion et charte de vote. La France en résistance
  • Contact

CHOISIR 

LA  FRANCE

 

RESISTANCE !

Capture-d-ecran--316-.png 

J'ai plus envie de me croire à Kaboul dans ma ville,

J'ai plus envie de l'incivisme, plus envie de la médiocrité comme religion, plus envie du manque d'ambition comme profession de foi.

J'ai plus envie de relativiser. >>>>