Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 octobre 2015 2 06 /10 /octobre /2015 08:12

 

REPLAY - ÉDITO -

Le Budget 2016 promet de nouvelles économies. Le dossier que publie "Capital", en partenariat avec RTL, montre pourtant que le gâchis des fonds publics reste très présent. On est en plein paradoxe. De plus en plus de ministères travaillent avec des bouts de ficelles, le déficit sera encore l’an prochain de 75 milliards, mais rien n’entrave la mauvaise gestion des fonds publics. Le dossier de Capital, en partenariat avec RTL, expose des exemples dévastateurs des libertés que prennent nos élus et nos grands fonctionnaires : voyages sans mobile sérieux, études bidons, logement de fonction 5 étoiles, frais de bouche rabelaisiens... Il y a des centaines de millions qui s’évaporent sans aucun rapport avec le bien public. Il y a aussi des dossiers de fond qui affectent directement le pouvoir d'achat des Français et qui restent soigneusement sous le tapis. Parmi eux : les retraites des services publics. Elles pèsent sur les finances du pays. Globalement, on estime que le seul alignement des régimes publics et privés permettrait 7,5 milliards d’économies. C’est colossal puisque cette somme, qui ne cesse de croître, est financée par de la dette qui, elle, pèse sur tous les Français. Le trompe-l’œil des régimes spéciaux On sait que les régimes spéciaux, dont la réforme Sarkozy n’a été qu’un trompe-l’œil, coûtent plus de 5 milliards par an aux contribuables. Mais est-ce que tout le monde sait, par exemple, que nos factures de gaz et d’électricité supportent une taxe annuelle de 1,2 milliard pour financer le régime très particulier des salariés d’EDF-GDF ? Le consommateur paye depuis 2003 une "contribution spéciale à d’acheminement" - elle figure en tout petit sur votre facture -, qui a permis aux pensions de ces personnels de croître en moyenne de 72% plus vite que l’inflation. Ces anomalies supportables en période d'embellie économique sont aujourd'hui difficiles à comprendre. Tous les agents de service public ne sont pas aussi largement traités. Mais ils sont globalement 25% à partir dès 57 ans, voire plus tôt, en retraite. Les autres cotisent désormais jusqu'à 62 ans, et leurs primes ne sont plus intégrées dans le calcul de leurs pensions. Ils touchent néanmoins, en moyenne, des retraites plus élevées : 77% du dernier salaire, contre 55% dans le privé. L'Élysée a fait un effort Mais que dire de nos élus parlementaires ? Ils perçoivent 6 euros de pension pour 1 euro cotisé. Pour les Français, c’est 70 centimes pour 1 euro cotisé. Si on y ajoute le cumul des retraites et bien d’autres facilités aussi coûteuses qu’injustifiées, l’addition est pesante. Nos élus devraient regarder du côté de l’Élysée. Son train de vie est repassé sous la barre des 100 millions. Un effort assez remarquable. On se demande bien pourquoi le Président semble incapable de l’appliquer à l’ensemble du service public

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop

Bienvenue

  • : Le blog de voxpop
  • : Immigration en France : Etat des lieux, réflexion et charte de vote. La France en résistance
  • Contact

CHOISIR 

LA  FRANCE

 

RESISTANCE !

Capture-d-ecran--316-.png 

J'ai plus envie de me croire à Kaboul dans ma ville,

J'ai plus envie de l'incivisme, plus envie de la médiocrité comme religion, plus envie du manque d'ambition comme profession de foi.

J'ai plus envie de relativiser. >>>>