Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 23:31

Je conçois qu’on puisse élever des bêtes pour les manger, mais à des conditions décentes, en plein air, et qu’on les tue sans douleur. L’abattage ne doit pas être cette boucherie infernale où l’homme retourne aux temps les plus obscurs de la barbarie.

Vous pointez directement l’abattage rituel…

Il y a une quinzaine années, le halal comme le casher étaient totalement marginaux.

Peu à peu, le halal s’est développé, provoquant une tragique régression du système. Et tout cela sous couvert de mensonges : la bête ne souffrirait pas et la viande serait meilleure. Rien de plus faux.

  Qui tue mal, mangera mal, car la bête affolée fabrique des toxines. Lorsqu’elle est enfermée dans un cylindre pivotant afin que sa tête se retrouve en bas pour un égorgement à vif, sans anesthésie, le stress est maximal. Les bovins, particulièrement, de par leur morphologie artérielle et veineuse, mettent très longtemps à mourir. Mais on commence déjà à les sortir, à leur trancher les pattes pour les dépecer vivants.

 Notre société tout entière est responsable de cet immonde état de fait. Ce que l’Europe du Nord et des pays tels que la Nouvelle-Zélande interdisent, la France, patrie des droits de l’homme, mais assurément pas des animaux, l’autorise en fermant les yeux.

 Le halal qui s’oppose à l’étourdissement électrique règne aujourd’hui en maître sur nos abattoirs. On y patauge dans l’horreur, le sang et la souffrance.

Alors que la demande de viande halal ou casher devrait correspondre à environ 10  % des abattages totaux, on estime à 40  % pour les bovins et 60  % pour les ovins le volume des abattages rituels.

 La viande que vous consommez en région parisienne est en quasi-totalité halal et que vous soyez musulman, juif, chrétien ou athée, vous payez à chaque fois une dîme, entre 10 et 15 centimes par kilo, aux autorités musulmanes qui récoltent ainsi des dizaines de millions d’euros par an.

C’est absolument

intolérable

dans un pays laïc.

 

 Et qu’on ne m’accuse pas d’islamophobie : préconisant une mort douce pour les animaux, Mahomet n’était assurément pas salafiste. Treize siècles plus tard, nous produisons des marées de bovins, d’ovins, les yeux exorbités, les pattes tremblantes dans la merde répandue au sol par des intestins relâchés par la peur, et crevant dans la douleur. A quand des abattoirs « humains », rituels ou non, pratiquant l’électronarcose ? A quand la fin de notre lâcheté, de notre avidité, de notre ignorance, de notre vanité, et la prise de conscience que l’homme a été fait pour le monde et non le monde pour l’homme ?

Je mets aussi en question l’hypocrisie générale de nos sociétés où l’on milite contre la chasse et la corrida, voire le cirque, en refusant de voir ce qui se passe dans nos abattoirs. L’horreur est tolérable dès lors qu’elle n’est pas visible. C’est la définition même de la tartuferie : « Cachez ce sang que je ne saurais voir.  »

■ propos recueillis par patrice de méritens

 

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans La France en résistance

Bienvenue

  • : Le blog de voxpop
  • : Immigration en France : Etat des lieux, réflexion et charte de vote. La France en résistance
  • Contact

CHOISIR 

LA  FRANCE

 

RESISTANCE !

Capture-d-ecran--316-.png 

J'ai plus envie de me croire à Kaboul dans ma ville,

J'ai plus envie de l'incivisme, plus envie de la médiocrité comme religion, plus envie du manque d'ambition comme profession de foi.

J'ai plus envie de relativiser. >>>>