Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 00:02

LAÏCITÉ  POUR MIEUX VIVRE  ENSEMBLE

 

Projet UMP

 

Lettre à M. Jean-François COPE


Monsieur vous souhaitez une participation constructive à ce débat,

 je vous livre mes appréciations à vos 26 propositions


Ce débat était nécessaire parce que largement demandé
par le peuple de France.
Vos propositions sont une avancée 
Mais le compte n'y est pas !

L’égalité des sexes, la polygamie, la lapidation, les mariages forcés, les mutilations sexuelles, 

les cantines scolaires, la restauration dans les services publics, 

le terrorisme alimentaire Halal,.. n'ont pas été traités !



Et puis il est vraiment préjudiciable que dans la plupart des propositions une brêche soit ouverte qui amènera le contournement de la loi, la rendant inaplicable. Soyons "carrés", l'Islam campe sur ses positions,  

« il ne peut s'améliorer et est définitif ». 


 


OK, il faut graver dans le marbre les résolutions
OK, c’est la bonne méthode

Rédiger un code au sens strict du terme (après 2012)

OK, pouvoir s'appuyer sur code, un règlement cela simplifie la prise de décision

Cependant pas question de toucher à la loi de 1905 . Quelles sont les dispositions jugées obsolètes que vous voulez abroger ?

OK, c’est la base incontournable

Prévoir expressément, dans le cadre du programme scolaire obligatoire, un enseignement relatif au principe de laïcité ; en lien avec la présentation des grandes religions, qui est déjà intégrée dans les programmes et qui doit être maintenue, le contenu et le niveau d’ensei- gnement seront déterminés par le ministère de l’éducation nationale.

OK, nécessaire

Mettre en place une formation obligatoire à la laïcité de l’ensemble des agents des services publics – voie législative

OK, impératif !

Développer en lien avec les grands pôles universitaires un module de forma- tion aux principes républicains et, spécialement, à la laïcité, ainsi qu’à l’histoire de France, à la sociologie des religions, à la rhétorique…, notamment pour les ministres du culte

OK, les ministres du culte doivent connaître parfaitement : droits, devoirs et lois.

OK, cela clarifie la situation

Etendre les obligations de neutralité qui s’imposent dans les structures publiques, aux structures privées des secteurs social, médico-social, ou de la petite enfance chargées d’une mission de service public ou d’intérêt général – voie législative

OK, mais cette phrase « excepté si la structure ne le souhaite pas (par exemple si son caractère confessionnel est revendiqué) » est une porte ouverte au contournement

Interdiction de récuser un agent du service public à raison de son sexe ou de sa religion supposée (ses convictions religieuses ne sauraient être connues puisque les agents du service public sont tenus au devoir de neutralité) – voie législative

OK, absolument nécessaire !

OK, mais encore une proposition d'aménagement dans laquelle chacun pourra s'engouffrer
OK, l'école n'est pas un service à la carte. Pourquoi ouvrir la porte du rectorat ? Pour traumatiser l'enseignant ?
OK, évidemment

Permettre aux entreprises, pour des raisons précises, d’intégrer dans leur règlement intérieur des dispositions relatives au port de tenues et signes religieux

OK, très important

Permettre aux entreprises d’intégrer dans leur règlement intérieur des dispo- sitions encadrant les pratiques religieuses (prière, restauration collective…)

OK, tout aussi important que le précédent

 
OK pour le guide, mais dès lors que l'on peut s'appuyer sur un règlement intérieur accepté lors de la signature du contrat de travail il n'y a plus de raison d'être tiraillé.
KO, c'est une source de discussion à n'en plus finir
KO, NON pour le BEA qui est un cadeau tout simplement au détriment des contribuables ! Inacceptable !
KO ! Il faut interdire le financement par des fonds étrangers sous peine d'être redevable, soumis aux exigences des pays donateurs
OK, c'est déjà vrai pour les autres cultes ?? Pourquoi simplifier ? La grande mosquée a su s'en accomoder à son avantage...

Affirmer clairement par voie législative que, sauf manifestations à caractère traditionnel, l’exercice du culte hors des lieux de culte est subordonné à déclaration préalable

KO, trop facile d'éluder le problème en accordant une autorisation !

KO, vous n'empêcherez pas le transfert au pays d'origine de français qui ne l'ont jamais été vraiment. En fait chaque fois que l'on ne dit pas "amen" on nous culpabilise parce que "nous freinons le sentiment d’appartenance à la nation". Il faut arrêter de se mettre en quatre, les efforts, les aménagements doivent fonctionner dans les deux sens. 
 
OK
OK, il faut renégocier maintenant ! Il faut mettre un terme à cette ingérance qui commence avec les dons.

Mieux encadrer l’exercice de l’abattage rituel

Vous avez eu peur d'aborder le problème. Nous mangeons tous de la viande halal ! Et nous finançons le culte musulman par une taxe attachée aux produits halal.

>>>  Voir cet article

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans Politique
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 07:31
Notre ministre parle d'OR !

 

A propos de l'augmentation du nombre de musulmans en France :

"C'est vrai que l'accroissement du nombre des fidèles de cette religion, un certain nombre de comportements, posent problème",

«Il n'y a aucun raison pour que la République accorde à une religion particulière plus de droits qu'elle n'en a accordés en 1905 à des religions qui étaient anciennement ancrées dans notre pays»

En regard des réactions agressives de la "communauté concernée par ces propos" relevées sur le web :


Les allégations fanfaronnes entachées de fanatisme,  les réactions hargneuses, délirantes, de ces quelques représentants de la communauté musulmane, concourent à justifier  amplement les propos de M. Claude Guéant. Elles nous révèlent la face cachée de ces personnages promptes à dégainer , dès lors qu'une voix s'élève (y compris un ministre de l'intérieur) pour exprimer des faits bien réels.    

 

«Ces propos sont irresponsables, estime M. Lhaj Thami Breze, responsable du Conseil régional du culte musulman pour l'Ile-de-France, pour lequel «les musulmans sont très attachés aux principes de la laïcité»

SOS Racisme va porter plainte contre le ministre de l'Intérieur. L'association a pris cette décision «irrévocable» à l'issue d'une réunion de son bureau lundi soir même si ses avocats étudieront mardi «la procédure appropriée», selon Dominique Sopo.


Lu sur :

http://www.ajib.fr/2011/04/claude-gueant-musulman/

On voit bien que le débat sur la laïcité n’est qu’un prétexte pour camoufler, un dégout, une haine de l’islam et des musulmans.

Continuez à faire des gosses !

Le prophète Mohammed (salallahou ‘alayhi wa sallam) a très largement encourager la communauté musulmane à faire des enfants. Dans un hadith il dit :  « Mariez-vous et faites des enfants car votre nombre sera une source de fierté pour moi devant les nations au jour de la Résurrection » (rapporté par Abou Dawoud, 1754 et an-Nassaï, 3175 et vérifié par Cheikh al-Albani (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) dans Aadab az-zafaf, p. 132.). Dans un autre hadith Djâbir Ben ‘Abdallah rapporte que  le Messager d’Allah (salallou ‘aleyhi wa sallam) lui a dit : « …Tâche d’avoir des enfants…Tâche d’avoir des enfants… » (rapporté par Al Bukhary)

Si Claude Guéant estime que la hausse du nombre de musulmans est un problème, il n’est pas au bout de ses peines. A en juger par le tableau des naissances annoncé par les journaux officiels municipaux, les nouveaux nés ayant un nom d’origine musulmane sont de plus en plus nombreux a tel point que certains maires ne publient plus ce tableau. Il serait temps de comprendre et de faire comprendre à nos compatriotes français non musulmans que l’islam est une religion nationale, la deuxième religion de France et probablement la première réellement pratiquée. Les musulmans sont français et resteront en France, il va donc falloir s’y habituer.

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans Politique
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 22:52

>>>   Conclusion

 

>>    N’ayons pas peur des mots. C’est bien un terrorisme intellectuel, une islamisation des esprits qu’il nous faut subir, insidieusement, mais surement, chaque jour, pour satisfaire aux exigences des musulmans de France ! Impossible d’oublier l’Islam, le  matraquage religieux est constant, dans l’espace et le temps  L’islam est dans la rue, par ses tenues vestimentaires, son voile identitaire, ses prières, ses rassemblements à la mosquée. Il exacerbe notre vie professionnelle par ses revendications sectaires toujours plus contraignantes. Mais c’est aussi  une véritable hégémonie alimentaire qui sévit dans notre pays ; le Halal est dans nos assiettes à notre insu, irrite, complique chacun de nos repas pris à la cantine, au restaurant, l’Islam nous taxe de façon indolore pour alimenter ses caisses accroître encore sa prédominance. En regard de cette hégémonie alimentaire nos revendications porteront d’une part sur l’abattage rituel des animaux et la commercialisation de la viande, d’autre part sur les contraintes sectaires, intolérantes imposées dans les cantines et restaurants au sein des services publics et de l’entreprise. La liberté individuelle consiste à avoir le droit de refuser de subir l’ensemble des coutumes et pratiques rituelles d’un culte.

>>>   rappelons les faits, voir l’islam en France,

Plus particulièrement le chapitre sur les cantines scolaires et l’article sur la viande halal

 

L’abattage rituel est archaïque, barbare, il est une régression en regard de nos valeurs, de la souffrance imposée aux animaux. Il faudra bien reposer le problème sur la table, dans l’immédiat il faut  imposer le fait d’interrompre avec certitude la vie et donc la souffrance de l’animal après lui avoir tranché la gorge.

Il est fort de café d’apprendre que certains morceaux seulement de l’animal sont affectés à la consommation des musulmans et que tous les autres sont commercialisés auprès des non-musulmans, vous et moi, sans indication du fait que cette viande est issue d’un abattage rituel avec des pratiques et conformément à une foi qui n’est pas la notre, la votre. Nous obligeant de plus, à financer le culte musulman en versant une taxe à l’organisme de certification !!!!!

Il est hors de question que l’abattage rituel se généralise.

Il est impératif que les détaillants soient parfaitement informés de la nature de l’abattage et puisse en justifier à la demande des consommateurs.

Il est impératif que la viande halal sous emballage et les produits dérivés soient parfaitement identifiables par simple lecture de l’étiquette apposée sur l’emballage.

 Le même principe devra s’appliquer sur tous les produits réputés halal. Nous ne souhaitons en aucune façon financer le culte musulman à notre corps défendant.

 Pour ce qui est de la restauration à l’école, dans tous les services publics et les entreprises privée, il est grand temps d’arrêter l’escalade des revendications, de redescendre sur terre. Finies les demandes de nourriture confessionnelle, les demandeurs devront s’accommoder d’un plat végétarien unique, systématiquement proposé.

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans Islam
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 23:50

Immigration : quand la droite  défendait la France et les Français

 

“Valeurs actuelles” a retrouvé les propositions chocs des états généraux de l’opposition RPR-UDF sur l’immigration. Pour la plupart “oubliées”.

« La France ne peut plus être un pays d’immigration », elle «n’est pas en mesure d’accueillir de nouveaux immigrants »… Voilà, entre autres, ce à quoi s’engageaient la droite et le centre, en cas de retour au pouvoir, à l’occasion de ses “états généraux de l’opposition” (RPR et UDF, transformés en UMP) consacrés à l’immigration, des 31 mars et 1er avril 1990 à Villepinte.

Parmi les participants : Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, Michèle Alliot-Marie, Roselyne Bachelot, Alain Juppé, Gérard Longuet, mais aussi… François Bayrou. Co­responsable, au nom du RPR, de cette convention, c’est Nicolas Sarkozy lui-même qui a cosigné (avec Alain Ma­delin) la préface du compte rendu de 39 pages publié à cette occasion.

Affirmant que « la France ne doit pas être considérée comme un simple espace géographique sur lequel plusieurs civilisations pourraient coexister » et dénonçant le « faux antiracisme militant », ce qui est depuis devenu l’UMP en appelait alors clairement à « la fermeture des frontières » et à la « suspension de l’immigration ». Loin, très loin, du “contrôle régulé” et de “l’immigration choisie” aujourd’hui défendus…

Pas question non plus de « régularisation au cas par cas » pour les « clandestins » (on ne parlait pas alors de “sans-papiers”). Seule solution envisagée : une politique assumée d’expulsions : « On ne peut tolérer que des clandestins puissent rester en France. […] Il faut tout mettre en œuvre pour que les décisions de reconduite à la frontière soient effectives. » Vingt ans après, en 2010, Éric Besson, alors ministre de l’Immigration, reconnaissait pourtant que près de 80 % d’entre elles n’étaient pas exécutés

Expulsables, aussi, pour la droite des années 1990, les “faux réfugiés” : « La très grande majorité des dossiers déposés à l’Ofpra [Office français de protection des réfugiés et apatrides, NDLR] s’avère injustifiée (de l’ordre de 90 %), ces demandes n’étant qu’un prétexte pour bénéficier des avantages sociaux français. » Même les étudiants étrangers ne sont pas épargnés : « Il faut conditionner le séjour des étudiants étrangers en France à un déroulement normal du cursus universitaire : le titre de séjour doit être renouvelé annuellement en tenant compte des résultats obtenus » – une proposition jamais mise en pra­tique.

Également dans le collimateur : « Le regroupement familial, [qui] pose par son ampleur des problèmes très réels de logement, de scolarisation  et d’encadrement so­cial. » Proposition alors « lar­gement ap­prouvée » par l’ensemble de la droite et du centre : « Corriger l’automaticité du regroupement familial et la réserver aux immigrés titulaires d’une carte de long sé­jour (10 ans) » ce qui, là encore, n’est toujours pas le cas.

Afin de ne plus attirer de nouveaux immigrés, la droite n’hésitait pas non plus à briser le “tabou” de « notre système de protection sociale », dont il faut « éliminer les points faibles qui créent une incitation artificielle à l’immigration ». C’est ainsi, notamment, que doivent être « vigoureusement combattus […] l’accès aux soins médicaux et hospitaliers par des étrangers en situation irrégulière » – qui envisage aujourd’hui la suppression de la CMU ? Quant à « l’immigré chô­meur, [il] percevrait alors non des allo­cations chômage mais une allocation pour le retour sous forme de capital ou de rente ».

Flirtant avec la “préférence nationale” prônée par le FN, la droite allait jusqu’à s’interroger « s’il ne convient pas de réserver certaines prestations sociales aux nationaux » : « Dans ce domaine, rap­pelle-t-elle, le législateur a admis dans le passé le bénéfice des prestations aux seuls nationaux […] : être étranger en France, ce n’est pas avoir automatiquement et intégralement tous les droits liés à la citoyenneté française. »

“Ce n’est pas aux pouvoirs publics d’organiser l’islam”

N’hésitant pas à pointer « 
la fécondité des étrangères très supérieure à celle des Françaises (3,2 enfants contre 1,84) et spécialement celle des Maghrébines (entre 4 et 5 enfants) », la droite d’il y a vingt et un ans estimait que « l’automatisme actuel d’acquisition de la natio-nalité pour les jeunes nés en France de parents étrangers n’est pas bon » : « la nationalité doit être demandée par le jeune étranger : elle n’est plus accordée automatiquement » – en 2011, la nationalité française (et l’impossibilité d’être expulsé) est pourtant toujours attribuée d’office entre 16 et 18 ans à tout enfant d’étrangers né sur le sol français.

Particulièrement sévère dans le ta­bleau qu’il dresse des banlieues, où « la lutte des races[sic] remplacerait maintenant bien souvent la lutte des classes », le document de ces états généraux pro­pose de lutter contre la « concentration des populations immigrées » par la mise en place de quotas – mais sans utiliser le mot : « Les élus peuvent intervenir efficacement [et] les collectivités locales […] doivent avoir leur mot à dire quant au nombre d’immigrés qu’elles accueillent sur leur territoire », afin de « tenir compte du seuil de tolérance qui existe dans chaque immeuble ». On imagine les réactions, y compris en son sein, si la droite évoquait aujourd’hui ces mêmes “seuils de tolérance”…

Tout aussi décomplexée promettait d’être la droite concernant l’école, où « l’importance numérique des enfants d’immigrés est trop forte dans certains secteurs géographiques » : « L’école, avançait-elle, n’est pas un lieu d’expression multiculturelle. » Alors que Jean-François Copé proposait, à la fin 2010, des « cours d’ara­be », et Fabienne Keller l’introduction de « cours sur l’histoire de l’Afrique », la droite d’alors était sur une ligne 100 % in­verse : « Les cours de “langues et cultures des pays d’origine” doivent être facultatifs et déplacés en dehors des horaires scolaires. »

Concernant l’islam, nul besoin à l’époque de “débat”, comme l’UMP va en organiser le 5 avril (contre l’avis des centristes), pour assumer que « l’islam n’apparaît pas conforme à nos fondements sociaux et semble incompatible avec le droit français » : « Il y a bien incompatibilité entre l’islam et nos lois. » Les choses, il y a vingt ans, étaient on ne peut plus claires : « C’est à l’islam et à lui seul de [s’adapter] afin d’être compatible avec nos règles. »

Aux antipodes de la voie suivie en 2007 avec la création du Conseil français du culte musulman (CFCM), la droite affirmait en 1990 que « ce n’est pas aux pouvoirs publics d’organiser l’islam ». « On n’intègre pas des communautés mais des individus », estimait-elle : « Il convient de s’opposer […] à toute tentative communautaire qui viserait à instaurer sur le sol français des statuts personnels propres à certaines communautés. »

Pas question, non plus, d’associations musulmanes – permettant aujourd’hui de financer les mosquées : « Les activités cultuelles doivent être exclues de la compétence des associations relevant de la loi de 1901. » Et d’ajouter que « la mainmise de l’étranger sur certaines de ces associations est tout à fait inacceptable », au point de proposer d’« abroger les dispositions socialistes de 1982 supprimant l’autorisation préalable pour les associations étrangères » qui ne l’ont jamais été. Enfin, « la création de lieux de culte doit se faire dans le respect […] du patrimoine architectural de la France » ce qui exclut les minarets !

Nicolas Sarkozy l’écrivait dans sa pré­face : cette « véritable politique alternative de l’immigration […] répond aux préoccupations des Français et pourra soustraire enfin ce dossier aux extrêmes qui se le sont accaparé ». Vingt et un ans plus tard, après seize ans de présidence de droite, le discours n’a pas changé. Mais les problèmes – et le FN – demeurent.     Arnaud Folch

 

Commentaire internaute : Par Maxime (non vérifié), le jeudi, 31/03/2011.

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans Islam
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 11:22
Nous avons tous déjà mangé

de la viande halal ou casher  !

 

Une directive européenne impose l'étourdissement avant l'abattage et n'accorde qu'une dérogation aux cultes. 

 La France, qui rassemble les plus importantes communautés musulmane et juive d'Europe, a plaidé avec succès pour préserver l'abattage rituel.

 

Viande-halal.jpg

 

 

 

Selon une enquête menée par l'Œuvre d'assistance aux bêtes d'abattoir,

 62% des ovins et caprins ont été abattus selon un rite religieux.

 

 

 

 

Une cinquantaine de députés UMP ont déposé une proposition de loi pour que l'étiquetage de la viande -ou d'une préparation à base de viande- mentionne le mode d'abattage de l'animal, au nom "du droit à l'information du consommateur". « Une part importante des viandes issues d'un abattage rituel est commercialisée dans le circuit traditionnel sans qu'il soit fait mention de cette caractéristique ».

 

Selon ces députés, le consommateur a le droit d'être informé du mode d'abattage pour "des raisons éthiques", ne pas vouloir consommer de la viande issue d'animaux abattus sans étourdissement, mais aussi religieuse. 
 
Le consommateur "peut ne pas partager les croyances religieuses des fidèles qui ont recours à l'abattage rituel et s'offusquer qu'une prière vienne consacrer les aliments dont il se nourrit", relèvent-ils. "De la même manière, le consommateur est en droit d'être informé que l'achat de viande issue d'un abattage rituel implique une participation financière à un culte", poursuivent-ils.

 

 "Entre un tiers et deux tiers de la viande consommée est issue de la filière certifiée d'abattage rituel, tandis que le nombre de consommateurs potentiels représente tout au plus 1/10e de la population française", affirment ces députés dans l'exposé des motifs de cette proposition de loi. 
 
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/ [...] tionne.php

 Articles du Figaro

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/02/23/01016-20100223ARTFIG00781-nous-avons-tous-deja-mange-de-la-viande-halal-ou-casher-.php

 

http://www.lefigaro.fr/conso/2009/09/21/05007-20090921ARTFIG00393-de-la-viande-halal-vendue-comme-non-halal-.php

Pour des raisons culturelles ou économiques, les musulmans et les juifs pratiquants délaissent certains morceaux des animaux. Ceux-ci sont alors écoulés dans les filières «classiques».

Alors que certains s'offusquent de voir des restaurants Quick proposer uniquement de la nourriture halal, il semble que nous mangions déjà de la viande rituellement abattue sans même le savoir !

 

«Sur trois animaux abattus rituellement, c'est-à-dire sans étourdissement préalable, presque deux seront en fait consommés par l'ensemble des consommateurs, toutes confessions confondues», assure l'OABA (Œuvre d'assistance aux bêtes d'abattoirs), une association impliquée dans la filière depuis 1961. Pourquoi ? Car les musulmans n'apprécient pas tous les morceaux de bœuf ou d'agneau. Pour des raisons culturelles et économiques, ils préfèrent les abats et les pièces à bouillir. Résultat : pour obtenir la quantité des morceaux halal désirée, bien plus de bêtes sont tuées que celles qui sont consommées par des musulmans.

«Le nombre d'animaux abattus selon un rituel religieux dépasse très largement les besoins intérieurs des minorités religieuses concernées»

 

En clair, l'abattage sans étourdissement préalable est généralisé dans certains abattoirs. Car il ouvre plus de marchés : celui des religieux, que ce soit casher ou halal, et celui «classique» où cette viande est écoulée sans étiquette particulière, «sans parfois même que les détaillants soient informés»

 

Ignorée du grand public, la présence de viande halal et casher dans le circuit classique fait l'objet d'un débat au niveau européen, au nom du bien-être animal. Une directive européenne impose l'étourdissement avant l'abattage et n'accorde qu'une dérogation aux cultes. La France, qui rassemble les plus importantes communautés musulmane et juive d'Europe, a plaidé avec succès pour préserver l'abattage rituel.

 

Des députés européens insistent pour que les produits soient étiquetés, afin que les consommateurs sachent ce qu'ils achètent. Certains ne souhaitent pas manger un animal tué rituellement et craignent de financer à leur insu les cultes. 

 

Une enquête menée par les directions départementales des services vétérinaires de Basse et Haute-Normandie conclut qu'une part significative de bêtes abattues selon un rituel religieux entre dans le circuit classique de commercialisation, sans mention particulière. Cette proportion varie de 0 à 60% selon les abattoirs pour la production halal et celle-ci est même supérieure à 70% pour la production kascher (destinée aux consommateurs juifs). L'OABA a mené en 2006 et 2007 une enquête auprès de 225 établissements. Les résultats détonnent : 28% des bovins, 43% des veaux et 62% des ovins et caprins ont été occis selon un rite religieux. Des proportions bien supérieures aux consommations des juifs et musulmans, preuve que ces produits sont réinjectés dans les étals classiques de la grande distribution. «Les groupes agro-alimentaires peuvent ainsi disposer d'une seule chaîne de production au lieu de deux». «L'abattage halal s'est généralisé, en particulier pour les ovins. Aussi le consommateur lambda a-t-il plus de chance d'acheter dans certains supermarchés du mouton halal non étiqueté comme tel»

 

Abattage rituel , horribles images ;

 

 

Mme Brigitte BARDOT réprouve ;

 

 


 Quelques commentaires d'internautes :

 >> Excellente initiative de la part de ces députés, trop peu nombreux toutefois à faire cette proposition de loi, dans notre pays laïque… Au nom de la liberté de conscience, le consommateur doit être averti de la méthode d’abattage des viandes qu’il achète. Il est inadmissible qu’aujourd’hui une grande partie des viandes d'animaux abattus selon le rituel islamique soit vendue sans différenciation et parte dans le circuit traditionnel sans marquage, ce qui oblige les citoyens Français à financer à leur insu le culte musulman en versant une taxe à l’organisme de certification. Outre la contribution financière, il y a aussi le fait de cautionner l’abattage barbare de ces animaux. La liberté individuelle consiste à avoir le droit de refuser de subir l’ensemble des coutumes et pratiques rituelles d’un culte , et nos dirigeants politiques doivent veiller au respect de ce droit élémentaire.

>> c'est un scandale que pour une minorité d'individus les lois élémentaires de notre pays soient ainsi bafouées,..

>>  Il faut boycotter, et inciter à boycotter, les marques qui nous ont imposé ce mode d'abattage en catimini et nous obligent à participer au financement d'une idéologie..

>>  ils feraient bien également d'interdire l'abattage rituel tout court... Je trouve déjà incroyable que l'on nous ait fait financer des mosquées.. 

>>  EXIGEONS TOUT ABATTAGE AVEC ETOURDISSEMENT .Tout abattage doit être fait en respectant l'animal et lui éviter des souffrances inutiles. Mais que font les organisations de protections des animaux ? ….

>>  Nous, en Suisse, on a fait plus simple, on a carrément interdit l'abattage rituel depuis le 19ème siècle. …

>>  La gastronomie française au patrimoine de l'Unesco; c'est bien, mais pas avec n'importe quelle viande. Un rôti à point peut-il se cuisiner avec une bête saignée à blanc?....

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans Islam
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 17:40

 

 

>>   Point par point (fin)

>>   Conclusion

 

>>  Nous ne pouvons pas prétendre que les droits de l’homme et du citoyen sont le pilier de notre république et laisser croire à un seul musulman de France qu’il lui sera possible d’appliquer impunément l’un de ces préceptes de l’Islam parfaitement illégaux en notre pays : lapidation, mutilations sexuelles, polygamie, répudiation,  mariage des jeunes filles plusieurs années avant la puberté, mariage forcé. maltraitance des femmes.

 La réalité…  Voir l'affaire de l'annulation d'un mariage pour erreur sur la virginité de l'épouse !

http://fr.wikipedia.org/wiki/

Affaire_de_l%27annulation_d%27un_mariage_pour_erreur_sur_la_virginit%C3%A9_de

_l%27%C3%A9pouse

>>   l’égalité entre l’homme et la femme, pour être une conquête récente, n’en a pas moins pris une place importante dans notre droit. Elle est un élément du pacte républicain d’aujourd'hui. L’Etat ne saurait rester passif face à toute atteinte à ce principe. Nous ne pouvons prôner l’égalité des sexes et signer des conventions bilatérales, permettant que le  droit du pays d’origine d’une femme puisse lui être applicable, autorisant des dispositions directement contraires à l'égalité entre les sexes et aux droits fondamentaux de notre pays. Il faut dénoncer sans tarder toutes ces conventions absurdes qui sont autant de renoncements à nos valeurs.

De même il faut dénoncer les conventions internationales qui reconnaissent la polygamie ou la répudiation. En matière de statut personnel, comme le font déjà certains de ses partenaires européens, la France doit faire primer le droit du pays de domicile sur le droit du pays d’origine.

 

>>   La société française ne peut accepter des atteintes à l’égalité des sexes et à la mixité. Le recul de cette mixité dans les lieux publics, notamment dans l’accès aux équipements publics sportifs, porte une atteinte grave à l’égalité. Y faire droit serait entrer dans une logique inacceptable. L’ouverture au public de ces équipements ne peut en aucun cas être fondée sur des critères discriminatoires liés au sexe, mais aussi à la religion, et une disposition législative pourrait rappeler l’exigence de mixité. Les associations participant au service public du sport doivent être soumises aux mêmes règles.


 >>  La République se vit à visage découvert. Parce qu'elle est fondée sur le rassemblement autour de valeurs communes et sur la construction d'un destin partagé, elle ne peut accepter les pratiques d'exclusion et de rejet, quels qu'en soient les prétextes ou les modalités.

visage-decouvert.jpg

 

L'interdiction générale de la dissimulation du visage entre en vigueur le 11 avril 2011. Les provocations seront nombreuses, la loi doit avoir le dernier mot.


«Les musulmans qui insistent sur le port du voile doivent savoir que leur insistance même signifie qu'ils ne respectent pas les sentiments des gens avec lesquels ils vivent, qu'ils n'adhèrent pas à leurs valeurs, qu'ils se moquent des lois pour lesquelles ces gens ont longtemps lutté, et qu'ils refusent les principes de la démocratie républicaine dans les pays qui les ont accueillis et leur offrent travail et liberté.»


Une femme qui porte le voile intégral envoie un message très clair à sa communauté d'accueil : «Je refuse de m'intégrer, je refuse vos valeurs...»


islam_metro.jpg

Fait chaud !


Il est souhaitable que rapidemment, les musulmanes revoient également « leur copie » à propos du foulard. C’est désespérant d’être entouré d’une multitude de femmes soumises, toutes semblables « du chef », comme autant de soldats d’une armée. Quelle souffrance pour nos glorieuses féministes du XX siècle !


Benoite GROULT : "Je suis née avec zéro droit" 



 >>   Le scandale des prières le vendredi dans les rues  de certaines villes  ne fait l’objet d’aucune intervention des autorités françaises pour faire cesser cette occupation illicite du domaine public (loi de 1905) et ce trouble à l'ordre public. Ces manifestations totalement illicites doivent cesser dans les plus brefs délais. Chacun sait bien qu’il s’agit là d’un moyen de pression des musulmans, pratiqué dans d’autres pays d’Europe, en Russie et même en Algérie où elles sont sous le coup d’une interdiction de l’état. On ne peut arguer d’un manque de lieu de culte. Il s’agit bien d’une concentration volontaire. Un bonne utilisation des ressources ( lieux de cultes), par la multiplication des offices, le partage, la ventilation intelligente des croyants, sont des pratiques largement utilisées par les autres religions. Alors pourquoi en serait-il autrement pour l’Islam ? Les imams auraient du prêcher cette conduite auprès de leurs fidèles. Nous sommes en droit de penser qu’ils sont pour le moins complices.

 Conjointement il est évident que les appels à la prière, les sonos pour relayer les prêches sont et doivent rester interdits.

>>   Les mosquées :

          « Des vertes et des pas mûres » :

La mosquée dans la cité  (par Abdellah Boussof : historien
La prière dans la religion musulmane, n'est pas forcément liée à un lieu précis. La terre entière est pure. Il est, donc, permis de faire la prière, dans tout endroit; à condition, toutefois, d'éviter certains lieux impropres ou inadaptés.

Un musulman peut donc prier chez lui. 
 

La mosquée dans l'espace européen (par Tariq Ramadan : prof. 'islamologie à l'université de Fribourg
Témoins de l'enracinement mais aussi de l'engagement des musulmans dans l'espace européen, les mosquées expriment et rappellent la présence du divin.

Engagement > conquête ?

« Les mosquées sont nos casernes, les minarets nos baïonnettes, les dômes nos casques et les croyants nos soldats » « L’expression « islam modéré » est laide et offensante, il n’y a pas d’islam modéré. L’Islam est l’Islam»

Tayyip Erdogan premier ministre turc. http://tinyurl.com/2gxvzgc

Déclaration de guerre ?

 

C’est la lettre d'information Faits et Documents du 15 au 29 février qui rapporte l’information occultée par les médias du Système:

                                      

« Après un contrôle approfondi, l’Urssaf de Paris a procédé à un redressement de 47 495 euros pour des opérations totalement irrégulières de la Grande Mosquée, en raison d’irrégularités flagrantes et d’une mauvaise gestion caractérisée »

Vous avez dit transparence ?

 

« Interrogé par Le Monde, M. Boubakeur lance l'idée d'un "moratoire de dix ou vingt ans" sur la loi de 1905, qui interdit tout financement public des lieux de culte, afin d'opérer un "rattrapage" des besoins de l'islam. "Il faut donner un peu de respiration aux associations qui gèrent les lieux de culte", juge-t-il. »

La belle idée que voilà ! Ralentir la construction effrénée des lieux de culte en est une autre, plus recevable.

La ville de Mulhouse a scandaleusement rendu possible l'acquisition du terrain par une subvention de 235 000 euros. 

http://voxpop.over-blog.com/ext/http://www.islamisation.fr/8-_mosquees_en_projet/

Situé à l’entrée de la ville, le projet est composé de quatre parties : la mosquée d’une superficie de plus de 1 300m² pouvant accueillir jusqu’à 2 000 fidèles, avec minaret de 21 mètres ; une école privée dotée d’une dizaine de classes  et d’un institut de formation ; un centre culturel islamique avec bibliothèque, médiathèque, salle de conférence et...une galerie commerciale. Afin de garder tout ce petit monde en pleine santé, une piscine et un hammam feront aussi partie de cette petite médina.

Ces maires qui courtisent l’islamisme, amplifient le communautarisme !

 

La France compte plus de 2359 mosquées, nombreuses sont en projets avancés. Leur nombre est tout à fait en cohérence avec l’implantation des populations musulmanes. (Je serais curieux de savoir combien l’Algérie par exemple compte de mosquées, si le pays est aussi bien couvert par les lieux de culte qu’en France. Si quelqu’un peut me fournir cette information je lui en saurai gré).

La plupart des mosquées font preuve de gigantisme, et regroupent les infrastructures aptes à accueillir d’autres activités. Un centre culturel , au cœur de la  ville, pratiquement réservé aux musulmans est une initiative absurde qui ne peut qu’amplifier le communautarisme. Mais c’est une approche pratique pour les municipalités qui peuvent contourner la loi de 1905 en participant au financement des mosquées par l’octroi de subventions à destination affichée des activités culturelles. On ne doit pas s’affranchir de la loi par des manœuvres qui nous discréditent et qui plus est sont une forme de spoliation au regard des contribuables non musulmans. Il faut cesser ces manigances. Tout comme les catholiques par exemple, les musulmans doivent financer leurs dépenses par les largesses de leurs pratiquants et uniquement cela. Pas d’intervention de pays étrangers non plus. La transparence dans le financement, la gestion des mosquées est impérative.

En fidélisant un public, les mosquées sont les premiers foyers de la diffusion de l'islam. A Paris, la mosquée Omar de la rue Jean-Pierre Timbaud et, dans le quartier de Barbès, les mosquées El Fath et Khaled Ibn El Oualid nourrissent un fanatisme dont l'intensité peut se mesurer au blocage de plusieurs rues chaque vendredi par des centaines de croyants.

Il faut, en regard des Imams, comme cela est imposé pour chaque migrant, mettre en place un contrat d’accueil et d’intégration, beaucoup plus exigeant sur la pratique de la langue française, la parfaite connaissance de nos lois en relation avec la fonction religieuse. Notamment l’interdiction formelle de tenir des discours politiques au sein des lieux de culte. L’instauration de l’usage obligatoire de la langue Française pour les prêches sera salutaire à l’ensemble des croyants musulmans dans la démarche d’intégration qu’ils se sont engagés à mener avec succès lors de la signature de leur contrat d’accueil.

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans Islam
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 16:43


>>   Point par point (début )

>>   Point par point (fin)

>>   Conclusion

 

 

L’état des lieux nous à permis de mieux cerner l’Islam religion.

Les avis et les faits dont nous avons pris connaissance sont unanimes

pour décrire cette religion en des termes violents , qui font froid dans le dos.

 

>> L'Islam n'est pas seulement une religion.

L'Islam est avant tout une idéologie politique,

qui pousse à la violence, et qui s'impose par la force.

Dont la mentalité appartient aux temps médiévaux,

Qui traite les femmes comme des bêtes.

Le prophète de l’Islam a dit « J’ai reçu l’ordre de combattre

les gens jusqu’à ce qu’ils croient en Allah et en son messager »

Wafa Sultan

>> L'Islam est un problème !

l'Islam est inégalitaire , misogyne  ,

phallocrate , intolérant ,

n'est "pas dans une logique pacifiste",

et est parfois antisémite

Michel Onfray , philosophe.

 

>> Le Coran est un livre de guerre

 Finkielkraut :

 >> Le Coran est un livre d'inouïe violence

Robert Redeker

 

>> «Dieu est notre but, le prophète notre chef, le Coran notre constitution,

le djihad notre voie, le martyr notre plus grande espérance».

devise des Frères Musulmans

 

Ces jugements sont-ils excessifs ? Chacun appréciera. Il n’y a pas de fumée sans feu. Nous avons pu découvrir que l’Islam intègre dans la loi islamique, « la charia », des préceptes en opposition totale avec nos valeurs, nos lois. Ces préceptes sont sources de conflits avec notre république démocratique et laïque, mais l’Islam campe sur ses positions en affirmant que l'Islam « ne peut s'améliorer et est définitif ».

Les évènements relatés dans l’état des lieux, en regard de l’Islam en France, ne laissent aucun doute sur le fait que les musulmans n’auront de cesse dans leurs revendications, qu’ils n’auront pas imposé à la France leur crédo, la charia, en lieu et place de notre démocratie et notre laïcité.

Hormis le phénomène burqua qui n’était pas encore d’actualité, ces ambitions presque délibérément affichées, ces conflits, les incidents et les ravages qu’ils ont provoqués dans notre société, ont été à maintes reprises dénoncés. Les instances qui nous dirigent en ont une parfaite connaissance depuis longtemps. Je vous invite à prendre connaissance du rapport de la commission Stasi de 2004 remis au président Jacques Chirac en 2004.

Plus particulièrement la troisième partie : Le défi auquel la laïcité est aujourd’hui confrontée

 http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/034000725/0000.pdf

 

 

Les inquiétudes exprimées dans ce rapport se sont avérées largement justifiées. Face à une nouvelle donne sociale et spirituelle Des difficultés inédites et de plus en plus nombreuses ont surgi, annonciatrices de dysfonctionnements importants. Ces difficultés affectent d'abord les services publics, où elles laissent les agents désemparés. Elles n’épargnent plus le monde du travail.

 

Le principe de laïcité est aujourd'hui mis à mal dans des secteurs plus nombreux qu'il ne paraît, tout comme d’autres  valeurs fondatrices du pacte social.

A l'école, et dans le monde du travail, des revendications tendent à faire prévaloir des convictions communautaires sur les règles générales. La diffusion rapide de ces phénomènes est préoccupante.

 

Des services publics sont niés  dans leur principe et entravés dans leur fonctionnement. Si la République n'est pas à même de restaurer leur fonctionnement normal, c'est l'avenir même de ces services publics qui est en jeu.

Peu de secteurs de l'action publique  sont épargnés par cette évolution. Les

dysfonctionnements, loin de se limiter à l’école, touchent aussi hôpitaux, prisons, palais de justice, équipements publics ou services administratifs.

 

Confrontés à ces phénomènes, les personnels concernés se trouvent en situation de désarroi. Ils font état du malaise et du mal-être que suscite en eux cette situation et qui les empêche d’accomplir leur mission.

Ce malaise devient parfois une vraie souffrance. Des personnes auditionnées ont

déclaré avoir l’impression d’être livrées à elles-mêmes pour résoudre ces difficultés. Elles ont le sentiment que les règles ne sont pas claires, que la hiérarchie ne leur apporte qu’un faible soutien. Sur le terrain, elles sont confrontées à des situations éprouvantes.

 

«La situation des filles dans les cités relève d'un véritable drame» :

Les jeunes femmes se retrouvent victimes d’une résurgence du sexisme qui se traduit par diverses pressions et par des violences verbales, psychologiques ou physiques. Des jeunes gens leur imposent de porter des tenues couvrantes et asexuées, de baisser le regard à la vue d'un homme

Des jeunes femmes sont aussi victimes d'autres formes de violences : mutilations sexuelles, polygamie, répudiation. Le statut personnel de ces femmes ne permet pas toujours de s’y opposer ; sur le fondement de conventions bilatérales, le droit du pays d’origine peut leur être applicable, y compris les dispositions directement contraires à l'égalité entre les sexes et aux droits fondamentaux

 

Le rapport Stasi proposait également des actions pour endiguer cette vague d’attitudes pour la plupart parfaitement illégales. Malgré cela la situation à ce jour est catastrophique.

Les problèmes sont connus, parfaitement recensés, il y a des lois. Les lois ne sont pas appliquées par crainte de l’affrontement, par ce souci constant de chercher des « accommodements », de ménager la chèvre et le chou jusqu’à ce que la chèvre dévore le chou. Ce sont nos enfants qui vont subir les conséquences de notre manque de courage. Le processus en marche gagne chaque jour du terrain.

Demain il sera trop tard ! Quand la charia aura remplacé nos lois nous n’aurons plus de moyens d’action. Il faut adopter une attitude résolument plus ferme. Sanctionner systématiquement chaque entorse à la loi. Ni plus, ni moins.

La théologie musulmane a produit, dans sa période la plus brillante, une réflexion novatrice sur le rapport entre politique et religion. Les courants les plus rationnels en son sein refusaient la confusion entre pouvoir politique et spirituel.

La culture musulmane peut, doit trouver dans son histoire les ressources lui permettant de s’accommoder d’un  cadre laïque.

 

Pour lire la suite : 

 

>>   Point par point (début )

>>   Point par point (fin)

>>   Conclusion

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans Islam
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 09:35

Les représentants des six grandes religions de France, réunis au sein de la Conférence des responsables de culte en France (CRCF), désapprouvent la tenue du débat sur la laïcité tel qu’il est proposé à ce jour par le président de l’UMP, Jean-François Copé. 


« La laïcité est un des piliers de notre pacte républicain, un des supports de notre démocratie, un des fondements de notre vouloir vivre ensemble. Veillons à ne pas dilapider ce précieux acquis. Il nous parait capital, pendant cette période pré-électorale, de bien garder sereinement le cap en évitant amalgames et risques de stigmatisation. »

 

STIGMATISATION ! Un « gros » mot qui s’ajoute à celui de « racisme » pour bâillonner les Français. Nous faut-il une fois encore refuser de débattre de crainte de stigmatiser les musulmans ? Car n’en doutons pas derrière tant de précaution oratoire, c’est bien de l’Islam qu’il s’agit. A l’évidence la deuxième religion de  France a tout à craindre d’une mise en lumière de sa démarche rampante, implacable, visant à remplacer la démocratie et la laïcité fondements de notre pays, par la charia , loi islamique. Les responsables du Bouddhisme, des Églises chrétiennes (Catholique, Orthodoxe, Protestante), et du Judaïsme sont dans leur rôle en prêchant la modération,

mais nous, Française, français, libérons-nous du terrorisme intellectuel de cette cohorte de bien pensants qui depuis 30 ans inexorablement nous conduit au reniement de notre identité.

Débattons, exprimons-nous haut et fort. Les droits de l’homme et du citoyen sont immuables, et la loi de 1905 l’est tout autant. Ce débat doit être l’occasion de rappeler que cette loi ne doit pas être modifiée, que toute les religions, sans exclusive, doivent s’y conformer totalement , complètement. Que si certaines en ont pris à leur aise, se sont livrées à quelques dérives, et bien il faudra leur signifier de « rentrer dans les clous », sans état d’âme.  La Loi est l’expression de la volonté générale. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. 

La laïcité est incompatible avec toute conception de la religion qui souhaiterait régenter, au nom des principes supposés de celle-ci, le système social ou l’ordre politique.

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans Intégration
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 07:15

La gauche a amplifié la dynamique favorable issue du premier tour des élections cantonales. A l'issue du second tour, le PS conserverait les 58 départements en sa possession et en remporte deux de manière certaine : le Jura et les Pyrénées-Atlantiques. Mayotte semble également promise à la gauche.

Le PS pourrait également remporter la Loire et la Savoie. Dans ces deux départements, un éventuel basculement dépend de quelques élus sans étiquette. Les élections des exécutifs auront lieu jeudi 31 mars dans tous les départements.

De son côté, la droite remporte le Val-d'Oise où se trouve le fief historique deDominique Strauss-Kahn, Sarcelles. De manière générale, l'UMP se défend plutôt bien, conservant nombre de départements menacés, comme la Sarthe, fief deFrançois Fillon. A gauche comme à droite, les électeurs ont donc globalement tendu à reconduire les sortants.

Sur 97 départements (hors Guadeloupe, Guyane, Martinique et Mayotte), 104 cantons sont passés de la gauche vers la droite ; 126 de la droite vers la gauche ; 10 de la gauche vers un sans étiquette ; 14 de la droite vers un sans étiquette ; 4 d'un sans étiquette vers la gauche ; 11 d'un sans étiquette vers la droite ; 3 d'un sans étiquette à un sans étiquette ; 2 de la gauche vers l'extrême droite.

La participation à ces élections est restée faible au second tour, avec environ 53 % d'abstention. Au niveau national, le PS serait largement en tête avec 36 %, devant l'UMP à 18,6 % et le  FN à 11,1 %, selon un décompte partiel du ministère de l'intérieur. Ces moyennes doivent tenir compte du fait que le FN n'était présent que dans 406 cantons.

 

>> Retrouvez   l'ensemble des résultats par cantons 

 Deux élus FN. Deux membres du parti ont été élus à Brignolles (Var) et Carpentras (Vaucluse). Deux des principaux espoirs du parti de Marine Le Pen,Steeve Briois à Hénin-Beaumont et Louis Aliot à Perpignan, qui étaient en ballottage favorable, sont battus. A Marseille, où le FN fondait beaucoup d'espoirs, il ne remporte finalement aucun des duels dans lesquels il était engagé. Le parti augmente toutefois son score avec, selon Marine Le Pen, "une moyenne de 40 % des voix" là où il est au second tour.

LEMONDE.FR | 27.03.11 | 20h55  •  Mis à jour le 28.03.11 | 00h56

Le Monde.fr

Les élections cantonales 2011

INFOGRAPHIECantonales : la carte des tendances politiques

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans Politique
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 08:30

Ce dimanche il faut voter ! L’abstention n’est pas de mise.

A la lumière de ce graphique je vous propose ma réflexion.


resultats (2)


Si l’immigration n’est pas votre préoccupation première ma démarche ne peut vous intéresser, vous pouvez arrêter votre lecture ici.

Mais par contre si vous partagez mon inquiétude au regard de l’immigration qui menace notre pays, alors mon propos peut mériter votre attention.

 Actuellement les conseils généraux sont en grande majorité sous la férule des partis de gauche. Nous n’aurions pas lieu d’être inquiets, mécontents, s’ils avaient su nous préserver de ce fléau.

Les partis de droite ont essayé de colmater la brèche, sans grand résultat, peut être parce qu’ils n’ont pas vraiment pris la mesure du problème, difficile il est vrai.

L’extrême droite, dont le FN, semble avoir pris conscience de la gravité du mal qui nous menace, ils sont porteurs d’espoir. Pourquoi ne pas leur donner la possibilité d’agir ? C’est le souhait de bien des français. Voir le dernier sondage de l’IFOP :

 

http://www.ifop.com/?option=com_publication&type=poll&id=1444


Dimanche en votant pour les partis de gauche il est clair que notre crainte face à l’immigration deviendra réalité. Il est urgent de rétablir l’équilibre au sein des conseils généraux. En conséquence lors de ce deuxième tour des élections cantonales notre vote sera plus judicieux systématiquement  à droite. A chacun sa sensibilité lorsqu’il faudra choisir entre droite et extrême droite, mais un petit coup de pouce à l’extrême droite permettrait à quelques personnalités d’entrer dans les conseils et nous montrer que leurs discours ne sont pas vains.

Cette réflexion m’est personnelle et n’engage que moi. 

 

PS.

Suite à l'appel lancé par Le nouvel Observateur demandant le renoncement  au débat sur l'Islam,

Parmi les signataires de cet appel, on retrouve le nom de Martine Aubry, première secrétaire du PS et celui de Tariq Ramadan, qui se présente comme un universitaire et qui est surtout connu pour ses positions ambigües sur le respect des valeurs républicaines.


Cet homme, proche des Frères Musulmans, refuse toujours de prendre position clairement et sans détour pour l’arrêt immédiat et définitif de la lapidation des femmes dans tous les pays du monde !


Parmi les signataires de cet appel, on trouve aussi Laurent Fabius, ancien Premier ministre socialiste.

Associer son nom et sa voix à celle de Tariq Ramadan est une faute extrêmement grave, une insulte à la dignité des femmes à travers le monde.

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans Politique

Bienvenue

  • : Le blog de voxpop
  • : Immigration en France : Etat des lieux, réflexion et charte de vote. La France en résistance
  • Contact

CHOISIR 

LA  FRANCE

 

RESISTANCE !

Capture-d-ecran--316-.png 

J'ai plus envie de me croire à Kaboul dans ma ville,

J'ai plus envie de l'incivisme, plus envie de la médiocrité comme religion, plus envie du manque d'ambition comme profession de foi.

J'ai plus envie de relativiser. >>>>