Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 18:55
Classé dans: France,Présidence Hollande |

 

Hollande vu d'en haut

« En huit mois de pouvoir, Hollande n’a pratiquement rien fait ! » attaque bille en tête le professeur de politique John Gaffney, co-directeur du Centre Aston pour l’Europe à l’université Aston en Grande Bretagne.

Il est comme un petit lapin paralysé par les phares des voitures qui arrivent sur lui – et les voitures s’appellent « les dures réalités économiques »

CNN : « La France est le 5e plus riche pays au monde, le 6e exportateur mondial. Il a le second plus grand réseau diplomatique après les USA. Il est membre du conseil de sécurité. Il est le pays le plus visité au monde – 82 millions de touristes en 2012. C’est une puissance nucléaire majeure. Le vrai fondateur de l’Europe…. et il est dans un gros caca. »

CNN : « Hollande a trois problèmes fondamentaux :

Son premier problème : Il n’a aucun plan.

Des dizaines de milliers de français perdent leur travail chaque semaine et ça va être de pire en pire (JPG : et tout ce qu’il trouve à faire, c’est imposer le mariage pour tous). La France est en plein crise budgétaire : la sécurité sociale, les retraites, la dette qui atteint 90% du PIB, et il n’a pas mis en place la moindre petite mesure adéquate, et n’en a même pas proposé une seule – en 8 mois.

Son second problème : Personne ne croit plus ce qu’il dit !

Il a promis qu’il règlerait tous les problèmes de la France sans difficulté et en taxant les plus riches. Il n’a fait ni l’un ni l’autre, alors il taxe tout le monde. Il n’a pas le courage politique de faire sauter les verrous qui bloquent la société : rendre l’industrie plus compétitive, réduire les dépenses de l’état (JPG : et non pas la partie qui est redistribuée aux français). Il ne fait rien de tout cela parce qu’il prendrait de front l’énorme secteur public, c’est à dire ceux qui ont voté pour lui.

Son troisième et plus gros problème : il ne comprend pas son métier.

S’il comprenait, il pourrait peut-être trouver des solutions. Dans son message de nouvel an, il s’est présenté comme le capitaine du navire. Dire qu’il l’est, ça ne suffit pas. Il faut qu’il le soit. La présidence de la république française est un poste hautement complexe, un mélange de politique et de symbole, mais fondamentalement, c’est un poste de leader (JPG : que n’est pas Hollande) et non de suiveur…

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Aucun autre président n’a été aussi puissant que François Hollande, ajoute John Gaffney pour terminer.

  • Les socialistes contrôlent la présidence, le gouvernement, les deux chambres, les régions, la capitale, les grosses villes, les médias – et la justice, qui a appelé sans honte à voter Hollande piétinant ainsi la séparation des pouvoirs, lui est inféodée.
  • Il devrait réformer le système bancaire, encourager l’innovation, encourager la création d’entreprise, régler le problème oublié des miséreux des grandes villes, et il n’a pas besoin pour cela de se convertir au libéralisme intransigeant.
  • Il devrait se concentrer sur les jeunes qui veulent entreprendre. S’intéresser à aider les petites entreprises.
  • Eloigner la France de sa maladie à tout régenter, tout réguler, ce qui asphyxie l’innovation.

Mais par dessus tout, il devrait utiliser sa présidence pour faire preuve d’un minimum d’imagination :

  • Pour commencer, il pourrait établir une communication directe avec les Français. Aucun autre poste au monde, même celui de président des Etats Unis, n’offre cette opportunité d’intimité entre le président et la population.
  • Il devrait utiliser la voie du référendum pour établir un dialogue qui mène vers le changement et l’innovation. Si les bénéficiaires des avantages acquis bloquent tout, qu’il fasse intervenir le peuple !
  • Avec l’aide du référendum, il pourrait briser toutes les impasses dans lesquelles se trouve la France, au lieu de chercher à faire plaisir à presque tout le monde.
  • En fait, il devrait avoir un plan qui rend tout le monde furax : les français adoreraient ça !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://edition.cnn.com/2013/01/14/opinion/opinion-gaffney-hollande-leadership/index.html

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans La France en résistance
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 18:37

La présidente de la région Poitou-Charentes, Ségolène Royal, a été nommée par un décret du 18 février au conseil d'administration de la BPI en tant que représentante des régions. Jean-Paul Huchon, président PS de la région Ile-de-France, a également été nommé pour représenter les régions.

La candidate PS à la présidentielle de 2007 "sera vice-présidente de la BPI. Je le proposerai au premier conseil d'administration, qui se tiendra demain à Dijon", a déclaré sur France Inter Jean-Pierre Jouyet, directeur général de la Caisse des dépôts et à ce titre président de la BPI. "Compte tenu de ses capacités en termes de communication, elle pourra jouer un rôle important en tant que porte-parole de la BPI", a-t-il estimé. Mme Royale a ajouté qu'au sein du conseil d'administration de la BPI, elle ne recevra "pas de rémunération

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans La France en résistance
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 09:53

Quand l'insécurité est grandissante sur tout le territoire, Taubira prêche l'angélisme, la mansuétude !

La dissuasion par l’incarcération, ça ne fonctionne pas
CHRISTIANE TAUBIRA

ge1 «L’incarcération crée plus de récidive. » C’est par cette affirmation que Christiane Taubira a ouvert la «conférence de consensus» il y a moins de six mois, et c’est par cette idée qu’elle s’achève. «Haro sur la prison » : ainsi pourrait être résumé le fil rouge des travaux des experts choisis pour nourrir le rapport final qui doit être remis mercredi après-midi au premier ministre.

 «On sait avec certitude que les peines exécutées en milieu ouvert favorisent moins la récidive que les peines de prison», renchérit Nicole Maestracci, présidente du comité d’organisation de la «conférence de consensus», cet ovni à mi-chemin entre le groupe de travail et le brainstorming dirigé.

Ainsi, il y aurait un avant et un aprèsconférence de consensus. Avant, sous l’ère Sarkozy, étaient opérés «des raccourcis idéologiques» , a expliqué le garde des Sceaux devant la commission. Désormais éclairée, l’opinion saurait que «la sévérité de la peine ne réduit pas la récidive.

 

NICOLE MAESTRACCI, présidente de la conférence, et futur membre du Conseil constitutionnel, milite en faveur du développement des libérations conditionnelles, qui pourraient selon ses voeux devenir automatiques une fois les deux tiers de la peine purgée,

C’EST un voeu directement émis par François Hollande : le président souhaite la création de « peines de probation », des peines autres que l’incarcération.

Les personnes qui, selon les textes actuels, seraient passibles de quelques mois de prison, ne seraient à l’avenir plus susceptibles d’être écrouées.Pour elles, le juge déciderait d’une durée de « probation ». À charge aux services d’application des peines d’en déterminer le contenu : un programme de soin, de formation ou un travail d’intérêt général comme il en existe déjà par exemple. Le grand changement réside dans le fait que contrairement au mécanisme du « sursis avec mise à l’épreuve », le non-respect des obligations fixées ne conduirait pas son auteur derrière les verrous.

 

Les membres de la conférence de consensus préconisent ainsi la déjudiciarisation de certains « contentieux de masse » selon l’expression, toujours prudente de Nicole Maestracci. La présidente vise notamment le contentieux routier, qui alimente, selon les chiffres collectés par les membres de la conférence, 48 % du contentieux pénal. Une partie des délinquants de la route ne passeraient donc plus devant le juge, les faits qui leur sont reprochés pouvant relever, par exemple, d’un nouveau type de contravention.

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans La France en résistance
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 09:14
  • 20 févr. 2013
  • Le Figaro
  • JEAN-MARC LECLERC
Tous grades confondus, ils redoutent que les réformes esquissées ne fassent le jeu des voyous et ne démobilisent les forces de l’ordre. Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, peut bien prendre en privé quelque distance avec les projets de sa collègue de la Justice, les policiers et les gendarmes jugeront leur ministre à l’aune de ce qu’il aura pu leur épargner.

Les réformes discutées dans le cadre de la Conférence de consensus de Mme Taubira « auront un impact direct sur l’activité de police » , prévient Nicolas Comte, secrétaire général adjoint du syndicat Unité-SGP-FO (majoritaire chez les gradés et gardiens). « Quand on entend parler de dépénalisation, on a tendance à être heurtés, estime-t-il. Car ce n’est pas en dépénalisant qu’on fait disparaître les délits. » Et le syndicaliste de poursuivre : « La prison ne règle sans doute pas tout, et mieux vaut une peine alternative effective qu’une peine de prison non effectuée. Mais ce à quoi nous croyons le plus, c’est à la rapidité de la réponse pénale, pour que la sanction prononcée ait un sens. » Or, « que nous prépare la Chancellerie?, interroge ce policier. Elle veut faire un sort à la comparution immédiate, un outil précieux et qui le restera aussi longtemps qu’il ne virera pas à la justice d’abattage.»

« Pas assez d’établissements pénitentiaires »

Nombre de policiers contactés par Le Figaro dénoncent « l’idéologie » de la garde des Sceaux. Patrice Ribeiro, le patron de Synergie-officiers, ironise sur son « catéchisme soixante-huitard, où l’on présente le voyou comme une victime de la société, sans un mot de compassion pour la victime du délit ».

«À l’heure où les cambriolages et les vols à la tire explosent, cette politique est surréaliste et ne pourra conduire qu’à une explosion encore plus forte de la délinquance ainsi qu’à une démobilisation des forces de l’ordre, spécule-t-il. Comme au sortir des lois Guigou en 2001, quand les crimes et délits ont passé la barre historique de 4 millions de faits.»

Selon lui, «Mme Taubira jette l’opprobre sur le système carcéral, qui va mal précisément parce qu’il n’y a pas assez d’établissements pénitentiaires» . Le rapport Ciotti avait pourtant révélé que la France peut construire sans complexe de nouvelles prisons. Elle affiche, à ce jour, l’un des taux d’incarcération les plus faibles d’Europe (103 détenus pour 100 000 habitants), soit moins qu’au Royaume-Uni, en Espagne ou aux Pays-Bas.

«La garde des Sceaux, tranche-t-il, est dans le déni du réel. Mais avant de rattraper les politiques, la réalité va surtout rattraper les victimes. C’est un fiasco sécuritaire qui s’annonce.»

Au Syndicat des commissaires de la police nationale, au-delà des nuances, le propos est aussi assez sévère. « Ce qui dissuade la récidive, c’est la certitude d’être pris, jugé et que la peine soit appliquée », rappelle sa secrétaire générale adjointe, Céline Berthon. Et la commissaire d’enfoncer le clou : « Oui, il faut améliorer le fonctionnement de la chaîne pénale. Mais il ne faut pas perdre de vue que c’est la récidive qui alimente la prison et non l’inverse. »

Très prosaïquement, la police sait aussi que lorsque les voyous patentés sont au frais, ils ne sont pas dehors pour se livrer à de nouveaux méfaits. Ce qui préserve, au moins pour un temps, la vie des quartiers. La prison ne soigne pas tout, mais elle a quand même quelques vertus très concrètes.

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans La France en résistance
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 09:05

Par Leïla de Comarmond | 19/02 | 18:55 | mis à jour à 21:39

 

« Les Echos » ont obtenu la copie du courrier où le président du groupe américain Titan explique au ministre du Redressement productif pourquoi il jette l'éponge sur la reprise de l'usine Goodyear d'Amiens Nord. Dans un style très direct.

Extraits.

« Vous pensez que nous sommes si stupides que ça ? »

« J'ai visité cette usine plusieurs fois. Les salariés français touchent des salaires élevés mais ne travaillent que trois heures. Ils ont une heure pour leurs pauses et leur déjeuner, discutent pendant trois heures et travaillent trois heures. Je l'ai dit en face aux syndicalistes français. Ils m'ont répondu que c'était comme ça en France (...). Monsieur, votre lettre fait état du fait que vous voulez que Titan démarre une discussion. Vous pensez que nous sommes si stupides que ça ? Titan a l'argent et le savoir-faire pour produire des pneus. Qu'a le syndicat fou ? Il a le gouvernement français. Titan va acheter un fabricant de pneus chinois ou indien, payer moins d'un euro l'heure de salaire et exporter tous les pneus dont la France a besoin. Vous pouvez garder les soi-disant ouvriers. Titan n'est pas intéressé par l'usine d'Amiens nord. »

Au passage, dans sa missive, le PDG du groupe américain prévoit un avenir sombre aux activités du géant français du pneumatique Michelin en France. "Dans cinq ans, Michelin ne pourra plus produire de pneus en France", dit-il.

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans La France en résistance
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 23:11

 

 

BOZ Pierre (14.10.1929-16.02.2013) né à St. Etienne-de-Fougères (47), décédé à l'hôpital du Val

de Grâce, ses obsèques se dérouleront le 23.02.2013 au Val de Grâce

Monseigneur Pierre BOZ décoré de la Légion d'honneur, pour service rendu au monde

arabophone.

-Révérend père puis Monseigneur. Exarque patriarcal des melkites catholiques. Archimandrite du

rite melchite catholique et aumônier de la communauté des chrétiens kabyles de France. Enseignant

de la langue arabe, ouvrant sur la lecture du Coran. Passe des années chez les Pères Blancs à Fort

National (Beni-Iratem). Vit d'abord à Alger puis à Oran où, en 1962, il sera l'assistant de

Monseigneur Lacaste évêque. Est présent à Alger lors des Barricades du 24.01.1960. Le

29.06.1962, alors aumônier de la Petite Chapelle, il participe à des négociations avec un

représentant officieux, Soyer, afin de faciliter le départ des commandos de l'OAS-Oran dont une

partie quitteront Oran, à bord du bateau le «Ville d'Alger» à destination de Marseille, déguisés en

brancardier de la Croix-Rouge. Le 05.07.1962, est présent à Oran, il vivra les massacres des

Français d'Algérie et des Musulmans par le «FLN» dans cette ville. En 1965, il est chargé de

mission par le cardinal Feltin. En 1966, avec L. Roumani, il crée l'Association mondiale des

Chrétiens d'origine kabyle, dont le général français, R. Zaroual en fut le président jusqu'à sa mort.

Membre fondateur perpétuel de l'Association pour la Sauvegarde des Familles et Enfants de

Disparus en Algérie «ASFEDm», créée le 21.04.1967. Exarque patriarcal des Melkites catholiques.

Est membre du groupe de recherche historique sur les disparus en Algérie, constitué en 10/2002.

Responsable de la communauté des chrétiens originaires de Kabylie en 2002/04. Membre du comité

de soutien et de parrainage du site Tamazgha, consacré au soutien des kabyles chrétiens, tout

comme Benjamin Stora, le 20.02.2003. Le 09.05.2008, lors du salon des écrivains et artistes

rapatriés, à Antibes, il donne une conférence sur «Les chrétiens kabyles». Présent au Cercle

algérianiste de Bordeaux, le 27.09.2008 où il donne une conférence sur «Les chrétiens de Kabylie».

Chevalier puis officier de la Légion d'honneur, en 10/2009 puis le 09.03.2011. En 2009, il donne

une conférence au cercle algérianiste de Montauban, sur les berbères et les kabyles christianisés. Le

24.10.2009, il est présent au forum algérianiste du livre, à Aix-en-Provence où il dédicace son

dernier ouvrage. Le 04.11.2009, à l'occasion de la parution de son livre, parrainé par les éditions

Desclée de Brouwer et la librairie La Colomberie, il donne une conférence dans la chapelle Saint-

Dominique, 30 rue Vaneau (Paris VV). Le 29.05.2010, au Cercle algérianiste de Bordeaux, il

présente et dédicace son dernier ouvrage «Une fin des temps. Fragments d'histoire des chrétiens en

Algérie». Le 10.06.2010, il dédicace son dernier ouvrage à l'occasion d'un cocktail de bienfaisance

organisé par le «Secours de France». Les 04 et 05.07.2010, il donne une messe lors de la venue de

la Vierge de Santa-Cruz à Paris et pour le souvenir des massacres du 05.07.1962 à Oran. Obtient le

prix «spécial histoire» délivré par l'Amicale des Thiersvillois le 07.05.2010. Le 22.03.2012, au

Centre de Documentation historique de l'Algérie «CDHA», il donne une conférence «La naissance

de la communauté des chrétiens kabyles et leur situation actuelle en Algérie ainsi qu'en diaspora».

Le 05.07.2012, à Notre-Dame de Paris, avec le Mouvement «Mémoire, Vérité, Espoir» des rapatriés

d'Algérie, quelle que soit leur origine, il concélèbre, avec Monseigneur Eric de Moulins-Beaufort,

évêque auxiliaire de Paris -président de la cérémonie- une messe solennelle du souvenir pour toutes

victimes de la Guerre 1954-1962, avec une intention particulière pour les enlevés et disparus et les

religieuses et les religieux tués lors de ces événements. Pour l'avoir côtoyé à plusieurs reprises,

l'auteur de cette biographie se souvient que Monseigneur Pierre Boz était chaleureux, ouvert, très

cultivé et savait captiver son auditoire qui en redemandait. Au revoir Monseigneur.

DELENCLOS Michel

Bibliographies:

De Faivre «Le renseignements», 2006.

Auteur de «Tout esprit devra goûter la mort», Ed. Centurion, 1980.

Et de «L'islam, découverte et rencontre», Ed. Desclée de Brouwer, 2006.

Auteur de «Une fin des temps. Fragments d'histoire des chrétiens d'Algérie (1888-2008)». Ed.

Desclée de Brouwer, 2009.

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans La France en résistance
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 22:57
                                                                                                                            
Cher Frère Journaliste:
>  
> Je suis un simple prêtre catholique. Je me sens heureux et orgueilleux de ma vocation. Cela fait 20 ans que je vis en Angola comme missionnaire.
>  
> Je lis dans de nombreux moyens de communication, surtout dans votre journal, l'amplification du thème des prêtres pédophiles, cela d'une manière morbide, recherchant en détail dans la vie de ces prêtres, les erreurs du passé.
>   
> Il y en a un, dans une ville des Etats-Unis, dans les années 70, un autre, en Australie dans les années 80, et ainsi de suite, d'autres plus  récents..... Certainement tous des cas condamnables !
>  
> Il y a des présentations journalistiques pondérées et équilibrées, d'autres amplifiées, remplies de préjudices et même de haine. Je ressens moi-même une grande douleur pour le mal immense que des personnes qui devraient être des signes de l'Amour de Dieu, soient un poignard dans la vie d'êtres innocents. Il n'y a pas de paroles pour justifier de tels actes. Il n'y a pas de doutes que l'Église ne peut être, sinon du coté des faibles, des plus démunis. Pour cette raison, toutes les mesures que l'on peut prendre pour la prévention et la protection de la dignité des enfants seront toujours une priorité absolue.
>  
> Mais c'est curieux le peu de nouvelles et le manque d'intérêt pour les milliers de prêtres qui sacrifient leur vie et la consacrent pour des millions d'enfants, pour les adolescents et pour les plus défavorisés aux quatre coins du monde.
>  
> Je pense qu'à votre journal, cela ne l'intéresse pas :
>  
> 1)   Que j'aie dû transporter beaucoup d'enfants faméliques par des chemins minés à cause de la guerre en l'année 2002 depuis Cangumbe à Lwena (Angola), car ni le gouvernement pouvait le faire ni les ONG n'y étaient autorisées ;
>
> 2)   Que j'aie dû enterrer des douzaines d'enfants morts à cause des déplacements de la guerre ;
>
> 3)   Que nous ayons sauvé la vie à des milliers de personnes au Mexique au moyen du seul centre de santé existant dans une zone de 90,000 km2 avec la distribution d'aliments et de semences;
>  
> 4)   Que nous ayons pu y procurer l'éducation et des écoles dans ces dix dernières années à plus de 110,000 enfants ;
>  
> 5)   Cela demeure sans intérêt qu'avec d'autres prêtres, nous ayons eu à secourir près de 15,000 personnes dans les campements de la guérilla, après qu'ils aient rendu les armes, parce que les aliments du gouvernement et de la ONU n'arrivaient pas ;
>
> 6)   Ce n'est pas une nouvelle intéressante qu'un prêtre de 75 ans, le Père Roberto, parcourt la ville de Luanda, soignant les enfants de la rue, les conduisant à une maison de refuge, pour qu'ils soient désintoxiqués de la gazoline qu'ils aspirent en gagnant leur vie comme lanceur de flammes ;
>  
> 7)   L'alphabétization de centaines de prisonniers n'est pas non plus une nouvelle ;
>  
> 8)   que d'autres prêtres, comme le Père Stéphane, organisent des maisons de passage pour que des jeunes maltraités, battus, et même violés y trouvent refuge ;
>  
> 9)   Non plus, que le Père Maiato avec ses 80 ans, visite les maisons des pauvres, une à une, réconfortant les malades et les désespérés ;
 
>  
> 10) Ce n'est pas une nouvelle que plus de 6,000 parmi les 40,000 prêtres et religieux actuels aient quitté leur pays et leur famille pour servir leurs frères dans une léproserie, dans les hôpitaux, les camps de réfugiés, des orphelinats pour enfants accusés de sorcellerie ou orphelins de parents morts du sida, dans des écoles pour les plus pauvres, des centres de formation professionnelle, des centres d'accueil pour les  séropositifs...... etc......
>  
> 11) Ou, surtout, dépensant leur vie dans des paroisses et des missions, motivant les gens pour mieux vivre et surtout pour aimer;
>  
> 12) Ce n'est pas une nouvelle que mon ami, le Père Marc-Aurèle, pour sauver des enfants pendant la guerre en Angola, les ait transportés de Kalulo à Dondo et qu'en revenant de sa mission, il ait été mitraillé en chemin; que le Frère François avec cinq Dames Catéchètes, soient morts dans un accident, en allant aider des régions rurales les plus reculées du pays ;
>  
> 13) Que des douzaines de missionnaires en Angola soient morts par manque de moyens sanitaires, à cause d'une simple malaria ;
>  
> 14) Que d'autres aient sauté dans les airs à cause d'une mine, en visitant leurs fidèles;  en effet, dans le cimetière de Kalulo sont les tombes des premiers prêtres qui sont arrivés dans la région...... aucun ne dépassait les 40 ans.......... ;
>  
> 15) Ce n'est pas une nouvelle, celle de suivre un Prêtre "normal" dans son travail journalier, dans ses difficultés et ses joies, dépensant sa vie sans bruit en faveur de la communauté qu'il sert.
>  
> La vérité, c'est que nous ne cherchons pas à faire les nouvelles, sinon simplement apporter la " Bonne Nouvelle ", cette Nouvelle, qui sans bruit, a commencé le matin de Pâques. Un arbre qui tombe fait plus de bruit que mille arbres qui poussent.
>
> On fait beaucoup plus de bruit pour un prêtre qui commet une faute, que pour des milliers qui donnent leur vie pour des milliers de pauvres et d'indigents.
>
> Je ne prétend pas faire l'apologie de l'Église et des prêtres.
>  
> Un prêtre n'est ni un héros ni un neurotique. C'est simplement un homme normal qui, avec sa nature humaine, cherche à suivre Jésus et à Le servir dans ses frères.
>  
> Il y a des misères, des pauvretés et des fragilités comme chez tous les êtres humains; mais également il y a de la beauté et de la grandeur comme en chaque créature......... Insister d'une manière obsessionnée et persécutrice sur un thème douloureux, en perdant de vue l'ensemble de l'oeuvre, crée véritablement des caricatures offensives du sacerdoce catholique, par lesquelles je me sens offensé.
>  
> Je te demande seulement, ami journaliste, de rechercher la Vérité, le Bien et la Beauté. Cela fera grandir ta profession.
>  
> Dans le Christ,
>
>                                                                  P. Martin Lasarte, sdb
>  
> "Mon passé, Seigneur, je le confie à ta Miséricorde; mon présent à ton Amour; Mon futur à ta Providence".
Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans La France en résistance
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 19:18

Notre pays est sous l’emprise des voyous, des délinquants, des gangs.  Changer de thermomètre n’y change rien. Les chiffres s’obstinent très logiquement à montrer la réalité des faits, l’ampleur du phénomène. L’insécurité est palpable sur tout le territoire. On n’ose plus laisser sa maison, son appartement sans une présence humaine. On n’ose plus sortir seul de jour comme de nuit. Les transports en commun deviennent cauchemars. La violence se banalise, ici c’est une femme que l’on égorge dans un supermarché, là une jeune femme que l’on tue à l’arme lourde, .. Plus personne ne se sent protégé. Nos concitoyens ont acquis force chiens , si des actions avec nos forces armées  ne sont pas prises rapidement, dans les prochains mois ils feront l’acquisition d’armes, comme aux Etats Unis, en Afrique du Sud,.. La guerre aux terroristes au Mali c’est honorable, la guerre aux terroristes dans notre pays c’est VITAL.

Voxpop

Explosion historique des cambriolages à Paris

Par Jean-Marc Leclerc, Service infographie du Figaro Mis à jour le 19/02/2013 à 16:24 | publié le 19/02/2013 à 07:39

INFO LE FIGARO - Les vols dans les résidences principales et secondaires ont augmenté de 58% à Paris intra-muros et de 41% dans l'agglomération. Du jamais vu.

Les analystes de la préfecture de police de Paris ont dû se frotter les yeux en découvrant le bilan mensuel des crimes et délits dans la capitale en janvier. Selon nos informations, les cambriolages à Paris intra-muros sont passés de 703 faits enregistrés dans les commissariats en janvier 2012 à 1117 faits en janvier 2013, soit une hausse historique de 58,89%.

Dans l'ensemble de l'agglomération, incluant les trois départements de la petite couronne (92, 93 et 94), de 2462 infractions de ce type constatées en janvier 2012, les cambriolages déclarés à la police sont passés à 3489, soit une hausse de 41,71%. Là encore, une explosion sans précédent.

Les vols à la tire explosent aussi

Le gouvernement pourrait être tenté d'expliquer que si les chiffres grimpent de la sorte, c'est qu'ils étaient masqués auparavant. Mais voilà: un commissaire de quartier explique au Figaro qu'«il est impossible d'occulter de tels faits, puisque les victimes sont obligées de déposer plainte pour espérer être remboursées par les assurances». Les chiffres seraient donc fiables et attesteraient d'une augmentation objective du phénomène.

Par ailleurs, d'autres indicateurs sèment le trouble, comme les infractions dans les réseaux ferrés d'Ile-de-France. En janvier, dans toute l'agglomération du Grand Paris, sous la responsabilité du préfet Bernard Boucault, les vols à la tire dans le métro et le RER sont passés de 752 à 1192, soit une explosion de 58%, les vols simples, de 873 à 1123, soit une augmentation de 28% et les vols avec violence de 597 à 638, soit une hausse de près de 7%.

A Paris même, les vols à la tire sont passés de 529 à 874, soit une hausse de 65%. Les vols simples sont passés de 581 à 723, soit +24%. Quant aux vols avec violence, ils ont crû de 7%, passant de 315 à 340 faits recensés. La Seine-Saint-Denis détient la palme de l'augmentation des vols à la tire dans les réseaux ferrés avec une hausse de 98% sur un mois!

L'UMP y voit l'effet d'un sentiment d'impunité

À quoi peut tenir cette dégradation inquiétante? Pour Bruno Beschizza, secrétaire national de l'UMP chargé de la sécurité et élu régional de Seine-Saint-Denis, «elle tient d'abord au sentiment d'impunité qui progresse chez les voyous, sous l'effet de la politique Taubira». Et l'élu d'ajouter: «Les vols à la tire, les vols de métaux et tout ce que je constate dans ma circonscription ne sont pas sans lien avec l'implantation calamiteuse de campements de la honte tout autour de Paris, où prospèrent des réseaux d'exploitation de la misère.»

«Pour les cambriolages, selon lui, c'est autre chose. Tous les experts savent que le phénomène est amplifié par la suractivité de certains gangs de pays de l'Est, organisés en mafias, qui effectuent de véritables razzias à Paris et en banlieue.»

 

L'UMP dénonce "un effet Taubira"
 
L'UMP s'est alarmée mardi de ces chiffres, qu'elle interprète comme un "effet Taubira sur la sécurité" et qu'elle impute notamment "aux délinquants d'origine roumaine". Dans un communiqué, le secrétaire national de l'UMP à la sécurité, Bruno Beschizza, "dénonce la responsabilité de la politique Taubira qui a créé un véritable sentiment d'impunité chez les voyous". "L'absence de fermeté du gouvernement face aux délinquants d'origine roumaine conduit ces derniers à multiplier les infractions", estime dans un autre communiqué le groupe UMP au Conseil de Paris, qui dénonce "l'inaction du maire de Paris dans le démantèlement des campements insalubres aux portes de la capitale".

Pour Bruno Beschizza, les hausses des cambriolages et des vols à la tire sont imputables à "la politique pénale de Mme Taubira avec la culture de l'excuse, le laxisme judiciaire et l'impunité institutionnalisée", "un triptyque dangereux" qui "commence seulement à produire ses effets dévastateurs".


 

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans La France en résistance
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 18:18

Propos du général Lalane-Berdouticq,

 

 

Le discours que nous reproduisons ci-dessous a été prononcé par le général

 Lalanne-Berdouticq (ancien commandant du 3ème régiment étranger d’Infanterie et ancien chef du bureau de liaison de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban – FINUL 2), lors de la clôture d'une récente session de l'IHEDN.

 

C'est la vision d'un stratège éclairé, libre de tout dogme et de toute entrave intellectuelle, raisonnablement optimiste mais terriblement inquiet aussi de la lente dérive de son pays.

 

Après ces dix-huit jours inoubliables à travailler ensemble, à vous forger des amitiés dont certaines seront définitives, à voir les choses différemment, voici ce que, comme votre « entraîneur » et un peu « ouvreur de voie », je voudrais vous dire. En toute liberté bien sûr et avec mon franc-parler habituel !

 

  Le monde est complexe et dangereux

 

Il est loin des « blocs » que nous avons connus des décennies durant, aussi bien que de la « fin de l’histoire » que l’on nous annonçait voici vingt ans, et encore plus loin de la « paix définitive » qui aurait permis « d’engranger les dividendes de la paix » chers à des hommes à la courte vue.

Ce monde, notre monde, reste dangereux. Comme les prophètes que personne n’écoutait dans les années 1930, je ne cesse de dire que le décuplement des dépenses militaires en Extrême-Orient depuis dix ans devrait nous inciter à mieux surveiller les diminutions insensées que subissent les nôtres. Dans l'Histoire en effet les mêmes causes produisent les mêmes effets et il y a donc tout à craindre des abandons qui se produisent chez nous.

Mais encore faudrait-il voir le monde comme il est et non comme beaucoup voudraient qu’il soit.

Méfions-nous du « prêt à penser »

 

Il est presque toujours faux et ordonné à des fins peu recommandables.

Non  le Kosovo n’est pas meilleur après la campagne qu’y ont conduite les alliés en 1999, montée suite à une incroyable guerre d’intoxication médiatique diabolisant les Serbes et présentant les Albanophones comme des anges persécutés…

Il en résulta la fondation du premier pays[1] presque totalement mafieux du continent européen, dont la population originelle, serbe, a été sans pitié chassée de chez elle dans le silence des médias ; ses monastères détruits et ses maisons incendiées.

Non l’Afrique d’aujourd’hui ne vit pas mieux que du temps de la colonisation, à commencer parce que l’esclavage (personne ne le dit) et les massacres ethniques sont repartis de plus belle et que bien des Etats officiellement constitués sont en faillite aussi bien financière que politique.

Non la Libye d'aujourd'hui n'est pas meilleure que celle d'hier, puisque au demeurant elle n'existe tout simplement plus, et  que son tyran a été remplacé par d'autres, en plus grand nombre.

Non la démocratie occidentale n’est pas applicable à tous les continents et à tous les pays. D’abord parce que ce n’est pas un système unique (voyez comme la nôtre est différente de celle des Etats-Unis ou d’Israël, ou bien encore de la Grande-Bretagne) ; ensuite parce que ce système politique ne peut s’épanouir qu’au sein de peuples voyant la personne comme un individu et non comme une partie d’un tout (société personnalistes contre sociétés holistiques)…

Dans les grandes questions du monde...

 

...n’oublions jamais de considérer le paramètre démographique. Il est capital et le silence des médias et des analystes sur ces sujets en dit long sur l’aveuglement, qui ne peut qu’être volontaire, de nos élites autoproclamées.

Ainsi, quel est l’avenir de l’Allemagne, qui aura perdu sept millions d’habitants en 2030 et se verra peuplée en grande partie de ressortissants d’origine turque ? Sera-t-elle-la même ?

On sait que l’islam confond la sphère publique et la sphère privée en refusant absolument de distinguer « Dieu » et « César ». Or, cette distinction est à la base même des systèmes démocratiques.

Enfin, oublie-t-on qu’une population peut être chassée de chez elle, ou se voir remplacée par une autre, les autochtones se retrouvant alors comme étrangers sur leur propre sol ?

Sans remonter à la diaspora juive du premier siècle, pensons aux Coptes d’Egypte, aux chrétiens de Turquie et d’Asie (20% de la population en 1900 alors qu’ils sont aujourd’hui 0,02%, soit mille fois moins) ou bien encore aux Serbes du Kosovo, déjà cités (90% de la population en 1900 et moins de 10% aujourd’hui) !

Hors les idéologues, qui peut être assuré qu’en France, nous sommes à l’abri de tels phénomènes ?

Refuser d’examiner la question sous couvert de mots en « isme » est singulièrement irresponsable.

Or, entendons-nous que l’on pose cette question ? Non.

Considérons aussi l’incroyable effondrement démographique de nos voisins Italiens et Espagnols et tentons d’imaginer ces deux pays dans trente ans ! « Il n’est de richesse que d’hommes », dit le proverbe.

Que sera la civilisation occidentale si, dans trois siècles, des touristes visitent nos cathédrales sans que personne ne puisse leur expliquer le sens d’un Christus pentocrator dont ils contempleront la sculpture sur le tympan, ainsi que cela se passe pour les églises de Cappadoce, alors que plus aucun chrétien ne vit aux alentours ?
> > > > > 

Rien n’est définitif dans l’histoire des hommes,  pas plus le tracé des frontières que les peuples qui s’abandonnent et doutent d’eux-mêmes.

Enfin, cessons de nous croire à l’abri des menaces militaires...

 

... au motif que nous possédons d’admirables sous-marins nucléaires.

La guerre est bien de retour et le fracas des combats des Balkans, maintenant assourdi, nous rappelle qu’elle peut s’inviter dans des contrées européennes très proches, et pourquoi pas chez nous ? Qui peut ignorer que si tout le monde (tout le monde, sauf nous !) réarme sur la planète, c’est bien pour quelque raison !

 

Et l’Europe, direz-vous !
> > > > > 

Fort bien, mais l’Europe n’est sur le plan militaire qu’une addition de faiblesses, vous le savez. Ajouter des faiblesses à d’autres faiblesses n’a jamais constitué une force mais bien une faiblesse plus grande encore[2] !

Comme le disait, je crois, Roosevelt au moment de la Grande dépression, puis au début de l’engagement américain dans la 2e guerre mondiale, « Ce que nous devons craindre le plus au monde, c’est la peur elle-même ». Or, l’histoire nous enseigne que les populations qui ont peur de la mort sont celles qui disparaissent de la surface du globe.
> > > > > 

Notre manière « d’évacuer » la mort de la vie sociale est effrayante en elle-même, car un jour ou l’autre nous devrons combattre pour notre vie, et donc la risquer. Ne pas s’y préparer c’est nous assurer de perdre cette vie à coup sûr.
> > > > > 

Cela s’appelle la lâcheté, qui n’a jamais attendri aucun adversaire déterminé ; jamais, bien au contraire.


> > > > > Rappelons-nous avec honte que certaines erreurs peuvent être commises puis recommencées : la République naissante déclara la guerre illégale en 1791 et se trouva en conflit avec l’ensemble de ses voisins deux ans plus tard. En 1928, à la Société des Nations, cet ancêtre de l’ONU, le « Pacte Briand-Kellog » déclara la guerre « criminelle » à la face du monde. Onze ans plus tard aussi bien la France que la Grande-Bretagne étaient acculées à une mobilisation générale dans des conditions désastreuses, pour aboutir à ce que l’on sait : l’occupation de  toute l’Europe sauf la Suisse, et aussi les camps de concentration. Nous n’avions pas voulu lire Mein Kampf, non plus que méditer les pensées de Lénine et voir les camps soviétiques, qui mèneraient l’un à Katyn et l’autre à Treblinka ou Sobibor.

« Le droit sans la force n’est  rien, la force sans le droit c’est la tyrannie » disait à peu près Pascal.

Souvenons-nous-en.
> > > > > 

Enfin, je voudrais insister sur le sens des mots. Discutant avec plusieurs d'entre vous pendant la session j'ai une nouvelle fois constaté que les mots n'avaient souvent pas le même sens pour l'un et pour l'autre. Je pense à un échange récent sur le mot République dont mon partenaire me disait que « Pour lui la république c'était… ».

Or, là est le danger : nous n'avons pas à dire que « Pour nous » un mot veut dire telle chose ; nous devons au contraire nous référer à sa définition exacte sinon plus aucun échange n'est possible.
> > > > > 

Reprenant l'exemple de la République, je lui disais que celle-ci se définit par trois critères et seulement trois : Un gouvernement collégial, qui obéit à des lois, et dont le mode de succession n'est pas dynastique. Un point c'est tout.

La république romaine était-elle démocratique ? Non, mais c'était tout de même une république.

Donc, ne confondons pas les mots les uns avec les autres. Ainsi de la démocratie[3], qui peut parfaitement trouver sa place dans un système monarchique comme en Grande-Bretagne et ainsi de suite.

À notre époque où le dialogue semble érigé à la hauteur de vertu et de principe cardinal des relations sociales, travaillons donc à ce qu’il soit possible au travers de mots employés dans leur juste sens. Nous aurons alors fait un grand pas vers la clarté et de saines relations interpersonnelles.

J'insiste : cette question de la précision du vocabulaire est absolument essentielle si l'on y réfléchit bien.
> > > > > 

En conclusion:
> > > > > 

-Il nous faut chasser l’idéologie, quelle qu’elle soit ; de « droite » ou de « gauche ». C’est une maladie mortelle de l’esprit car elle fait voir la réalité au travers de systèmes d’idées, qui sont autant de lunettes déformantes.
> > > > > 

A l’idéologie il faut opposer le principe de réalité qui veut que les choses soient ce quelles sont, que cela nous plaise ou non. Alors on peut agir en  espérant ne pas trop se tromper.
> > > > > 

Il n’y a pas de bons camps de concentration (cubains, nord-coréens, chinois) dont on ne parle jamais, et de mauvais, les nazis, dont il faut sans cesse se souvenir.

Il y a eu et il y a des camps de concentration où des innocents sont morts et meurent encore dans des conditions atroces.

Il n’y a pas l’antisémitisme, évidemment condamnable, des « néonazis », et sa variété excusable, celle des « islamistes », qui est passée sous silence. Il y a l’antisémitisme (qui d’ailleurs est un antijudaïsme), un point c’est tout.

Au nom de quoi devrait-on condamner « l’islamophobie » si l’on ne le fait pas de la « papophobie » ou de la « christianophobie » ? A-t-on vu un chrétien Chaldéen ou un Melchite se faire sauter dans une mosquée d’Irak ? Un seul ? Dès lors, comment mettre sur le même pied « les » intégrismes ?
> > > > > 

Il existe quand même une différence de nature entre un zélateur d’Al Quaeda et un Mormon, je crois.
> > > > > 

Distinguer souverainement le bien du mal, ne pas mettre à égalité le bon et le mauvais s’appelle aussi : Liberté.
> > > > > 

-Il nous faut être convaincus que la France est et reste une grande puissance. Du moins si elle continue de le décider.

Aujourd'hui, combien de pays ont-ils une représentation diplomatique dans le monde comparable à la nôtre ? Un seul.
> > > > > 

Combien de pays disposent-ils de sous-marins lanceurs d’engins totalement conçus, fabriqués, maîtrisés par leur gouvernement national dans le monde ? Trois, et pas la Grande-Bretagne.
> > > > > 

Combien de pays disposent-ils de porte-avions de premier rang à catapulte avec une flotte aérienne adaptée, moderne et entrainée ? Deux.
> > > > > 

La France est au premier rang de toutes les grandes négociations mondiales, elle dispose d’un siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, ses avions volent dans tous les cieux de la planète. Elle est au premier rang de la technique, de l’art, de la littérature.
> > > > > 

Elle est au premier rang des pays possédant un patrimoine multiséculaire, admirable et entretenu.
> > > > > 

Elle est au premier rang de certains travaux de recherche, elle inonde une partie du monde de son rayonnement culturel, artistique, commercial, d’influence, et ce depuis neuf siècles sans discontinuer !
> > > > > 

Quand la France parle, on l’écoute, parfois on la jalouse et on la brocarde de temps en temps,  mais on l’écoute et son message est souvent reçu. C’est un fait.
> > > > > 

Cependant… restons modestes et cessons de donner des leçons au monde entier, car, comme d’autres, nous n’avons pas que des qualités. Le blanc de notre drapeau n’est hélas pas immaculé. Nous avons aussi de graves défauts : nous sommes souvent arrogants, légers, hâbleurs, désunis, insupportables.
> > > > > 

Nous voulons répandre les Droits de l’Homme sur le monde, mais nous avons inventé le génocide sous le terme de populicide, puis l’avons mis en œuvre en Vendée en 1793. Nous sommes (avec raison) pour la tolérance religieuse, mais… des Dragonnades de Louis XIV[4] aux « baptêmes républicains » de Carrier à Nantes ou aux lois d’Emile Combes en 1905[5], nous savons aussi persécuter nos concitoyens pour leurs convictions religieuses…
> > > > > 

Cependant et tout bien considéré, soyons fiers de ce que nous sommes, mais avec mesure.
> > > > > 

Soyons fiers de notre héritage multiséculaire, en ayant conscience de ce que nous sommes les « débiteurs insolvables » des richesses léguées par nos ancêtres.

Nous ne pourrons jamais rembourser cette dette, qui nous oblige.

Mais soyons aussi convaincus que cet héritage est fragile et peut s’effondrer en quelques années, voire quelques mois si des événements dramatiques venaient à se produire et auxquels nous n’aurions pas fait face à cause de notre impréparation, de notre inconscience, ou par inconsistance ou imprévoyance.
> > > > > 

Voyez comme s’est écroulé l’Ancien régime en quelque semaines[6], ou encore le tsarisme, le communisme, la Vienne impériale, sans parler des empires romain, moghol, khmer ou aztèque…
> > > > > 

Ce formidable patrimoine, notre patrimoine (matériel et immatériel) est fragile et se trouve entre nos mains.
> > > > > 

Alors restons vigilants et combattons les idées dangereuses pour l’avenir, tout en travaillant d’arrache-pied à l’unité de notre nation, qui en a de jour en jour plus besoin.

Nous savons de mémoire séculaire, depuis Bouvines pour le moins, que la France unie est victorieuse des défis.

Désunie elle se dissout et, qui sait, pourrait disparaître.

Cela ne se doit pas.

Alexandre Lalanne-Berdouticq


> > > > > [1]
Grand comme un département de chez nous : 10 000 km2 et un million d’habitants…

[2] Dix estropiés au départ d’un cent mètres olympique ne feront pas un champion !


> > > > > [3] Dont la caractéristique essentielle est que le siège de la souveraineté se tient « dans la personne du peuple », qui délègue ou non son autorité à des mandataires (démocratie directe ou indirecte).

[4] Contre les Protestants


> > > > > [5] Contre les Catholiques

[6] Il a succombé à des crises multiples et simultanées : économique avec des dettes abyssales et une fiscalité inopérante et injuste, une défiance du peuple dans ses élites qui ne le représentaient plus, l’incapacité du système à se réformer et un pouvoir impuissant qui refusait de voir la réalité. Comparons avec aujourd’hui…

 

 

 

> > > >

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans La France en résistance
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 21:31
 
tortue.jpg
 
Quand vous conduisez sur un chemin de campagne et que vous croisez un piquet de clôture avec une tortue juchée dessus, ça c’est une tortue piquet”.
 
“On sait qu’elle n’a pas grimpé là toute seule,
elle n’est pas à sa place,
elle n’a pas d’idée de ce qu'elle doit faire pendant qu’elle y est,
elle est au-dessus de sa capacité de fonctionner
et vous vous demandez quelle bande d’abrutis l’ont placée dans cette position.”
Partager cet article
Repost0
Published by voxpop - dans La France en résistance

Bienvenue

  • : Le blog de voxpop
  • : Immigration en France : Etat des lieux, réflexion et charte de vote. La France en résistance
  • Contact

CHOISIR 

LA  FRANCE

 

RESISTANCE !

Capture-d-ecran--316-.png 

J'ai plus envie de me croire à Kaboul dans ma ville,

J'ai plus envie de l'incivisme, plus envie de la médiocrité comme religion, plus envie du manque d'ambition comme profession de foi.

J'ai plus envie de relativiser. >>>>