Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 22:26

Arrêté le 05.08.1962 par un barrage de police à l'extérieur de Howick, alors qu'il revenait du KwaZulu-Natal après s'être entretenu avec le président en chef de l'ANC, Albert Luthuli, à propos de son voyage. (6)  Le 07.11.1962, il est condamné à 5 ans pour avoir quitter le pays sans passeport. Il commence à purger sa peine à la prison locale de Pretoria: n° de prisonnier 19476/62. Le 27.05.1963, il est transféré à Robben Island. Le 12.06.1963, il est transféré à la prison locale de Pretoria: n° de prisonnier 11657/63. Ouverture du procès, le 09.10.1963. Lors du procès "Rivonia", le 20.04.1964, il assure sa propre défense dont, ci-après, un extrait: "Ma tournée a été un succès. Partout où je suis allé, j'ai trouvé de la sympathie pour notre cause et des promesses d'aide. Toute l'Afrique était unie contre la posture d'une Afrique du Sud Blanche...En Afrique, il m'a été promis le soutien d'hommes tels que Julius Nyerere, président actuel du Tanganyika; M. Kawawa, alors Premier ministre du Tanganyika; l'Empereur Haile Sélassié d'Ethiopie, le Général Abboud, Président du Soudan; Habib Bourguiba, Président de la Tunisie; Ben Bella, Président de l'Algérie; Modibo Keïta, Président du Mali, Léopold Senghor, Président du Sénégak; Sékou Touré, Président de la Gunée; Président Tuman du Liberia et, Milton Oboté, Premier ministre d'Ouganda.". (6)

 

            Jusqu'à preuve du contraire, il n'existe aucun document dans lequel Mandela dit que "l'Algérie est sa seconde patrie"...Par contre, comme il le précise plus haut, il a été soutenu par beaucoup de pays africains. Nombreux sont les sites algériens et certaines presses qui fait dire que Mandela a déclaré, en 1990: "L'Algérie est ma seconde patrie !". Le 11.06.1964, il est coupable de sabotage. Le 12.06.1964, il est condamné à perpétuité. Le 13.06.1964, il est transféré à Robben Island. Le 31.03.1982, il est transféré à la prison de Pollsmoor: numéro de prisonnier: 220/82. Le 08.07.1985, depuis la prison de Pollsmoor, il adresse un courrier à son ami, Hida Bernstein, soulignant notamment que: "L'esprit revient vers cette année 62 quand j'écoutais les expériences des collègues de Ben Bella, cela était très instructif. Dans certaines de ces discussions, j'étais face à des jeunes, certains n'avaient pas la vingtaine, mais ils parlaient comme des vétérans et avec autorité sur des questions vitales sur lesquelles, et pour le moins qu'on puisse dire, je n'étais qu'un simple amateur.". Le 12.08.1988, il est emmené à l'hôpital de Tygerberg où la tuberculose est diagnostiquée. Le 31.08.1988, il est transféré à Constantiaberg Mediclinic. Le 07.12.1988, il est transféré à la prison Victor Verster et porte le n° 1335-1988.

 

 

 

 

 

 

        

 
 

 

 


 

 

                                               Ahmed Ghozali et N. Mandela à Alger

 

 

 

 

 

            Libéré le 11.02.1990, il s'ensuit une période de transition de quatre ans avant les élections présidentielles. Le Gouvernement sud-africain de F.W. de Klerk et, le mouvement "ANC" vont négocier dans une période troublée. C'est, dans ce contexte que, la première visite de Mandela à l'étranger a lieu le 27.02.1990. L'Algérie avait mis à sa disposition un avion du "GLAM" pour sa tournée africaine. Il rencontre alors les dirigeants de l'ANC à Lusaka en Zambie. Puis, le 09.05.1990, il entame une tournée africaine dans six pays. Il quitte le Nigeria, puis il arrivera en Algérie le 16.05.1990, une semaine après le début de son périple. Ce 16.05.1990, contrairement aux ragots, Nelson Mandela déclarera à Alger: "C'est l'armée algérienne qui a fait de moi un homme..."; en anglais: "Mandela said on arrival on Wednesday that it was the Algerian army that had made him a man." -et non pas "C'est l'Algérie qui a fait de moi un homme.". Le lendemain, le Président algérien, Chadli Benjedid lui remettra la plus haute distinction du pays, la médaille Wissam al-Athir  A cette occasion, N. Mandela remerciera l'Algérie et d'autres pays arabes pour leur soutien à "la lutte du peuple africain contre l'apartheid.". A l'occasion, il sera photographié à Alger, notamment devant le monument aux "martyrs" érigé à l'indépendance de l'Algérie, avec à ses côtés, le ministre algérien  des Affaires étrangères, Sid Ahmed Ghozali. Le 18.05.1990, il est accueilli à Tripoli par Mouammar Kadhafi. Le 07.06.1990, il est reçu au siège du "PCF, place du colonel Fabien, dans le XXème arrondissement de Paris, par un long discours de Georges Marchais, rappelant le soutien du "PCF" à Mandela. Prix Nobel de la Paix remis à Oslo, le 10.12.1993, en même temps que Frederik de Klerk. Le 02.09.1998, Mandela accueille à Durban, Fidel Castro, à l'occasion du 12ème sommet du Mouvement des pays non-alignés. Le 06.12.2013, le président algérien, A. Bouteflika, impotent, n'assistera pas aux funérailles de Mandela mais, il adressera un message de condoléances à son homologue, Jacob Zuma, dans lequel il note: "Pour avoir accompli la réconciliation entre les enfants de l'Afrique du Sud et apposé son empreinte sur le livre d'or du mouvement émancipateur de l'Afrique, Madiba restera à jamais dans la mémoire africaine...le peuple algérien n'oubliera jamais que pour Mandela, "l'Algérie est sa seconde patrie" comme il aimait à le répéter". Jamais, Mandela n'a écrit ou dit que l'Algérie est sa seconde patrie !!! Dans le domaine de la réconciliation, Bouteflika, lui, ne restera pas dans la Mémoire des Algériens eux-mêmes, des premiers combattants "FLN-ALN" pour l'indépendance, des "disparus forcés" algériens post indépendance, des Kabyles, des Français d'Algérie, des juifs, des Harkis. Sûrement pas. Quant à N. Sarkozy et F. Hollande, présents aux obsèques de N. Mandela, est-il indispensable de leur rappeler que le "PCF" avait déposé des propositions de loi contre l'Apartheid et qui ne furent reprises, ni par le gouvernement de droite, avant 1981 ni par celui de gauche après cette date...Est-il, tout aussi indispensable de rappeler le soutien financier de Ben Bella à Henri Curiel, communiste, lequel contribue à l'armement de l'ANC ! (*)

 

 

 

 

        

 
 

 

 


 

 

                                   N. Mandela et G. Marchais au siège du PCF à Paris

 

 

 

DELENCLOS Michel Henri

 

Chercheur en histoire

 

 

 

(1)    Vidéo  (www.youtube.com/watch)

 

(2)   (4)  "C'est Ben Bella qui m'a invité à visiter à Oujda le quartier général de l'armée algérienne de libération nationale.". (http://7our.wordpress.com/2013/12:07/mandela)-

 

(afriquedusud.blog.lemonde.fr/2010/10/14/nelson-mandela).-("Fondation Nelson Mandela")-

 

(3)   (Courrier manuscrit archivé au "Mandela Memory Center").

 

(5)   (Voir "Charlie-Hebdo" du 04.07.2007.)

 

(6)  .(Source: Fondation N. Mandela).

 

(*)   Curiel Henri Daniel Messin (13.09.1914-04.05.1978) né au Caire, assassiné à Paris. Il trahira la France qui pourtant l'héberge, en communiquant les plans de l'intervention franco-anglaise à Suez. Pratique la collusion autant avec les gaullistes qu'avec les socialistes. Pro-FLN de tendance Ben Bella. Dans une lettre du 02.10.1977, Jean Lacouture, prenant sa défense, le qualifie de "marxiste orthodoxe". Le 13.01.2006, A. Bouteflika lui attribue la "Médaille de reconnaissance" et, c'est son petit-fils, Alain Gresh, qui la recevra.

 

Repost 0
Published by voxpop - dans Politique
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 22:12

DELENCLOS Michel Henri

  

Chercheur en histoire

 

 

"Mieux vaut l'icône que le véritable MANDELA !"

 

            MANDELA Nelson Rolihlahla  dit Madiba du nom de sa tribu (18.07.1918-05.12.2013) né à Mvezo (Afrique du Sud, mort à Johannesburg -Acquitté lors du procès pour trahison, il lance aussitôt une grève nationale pour les 29, 30 et 31.03.1961. Le 21.05.1961, il donne sa première interview à la télévision: "Il y a de la place pour toutes les races dans ce pays.". (1). Dès juiin 1961, Mandela est chargé de l'organisation militaire de la branche de l'African National Congress "ANC". L'Agence officielle Algérie presse service "APS" note: "Lors de sa visite au Maroc en 1961, Mandela passa "plusieurs jours avec le représentant du "GPRA", le docteur Chawki Mostefaï...Deux jours plus tard, Mandela a été invité à assister à un défilé militaire en l'honneur de l'ancien président A. Ben Bella, à sa libération de prison.". (2)  Erreur, mensonge, manipulation, les trois, car, tout d'abord, C. Mostefaï, du 26.11.1960 au 07.03.1962, était le chef de mission de la représentation diplomatique algérienne à Rabat puis, il sera nommé chef de groupe des délégués de l'Exécutif provisoire algérien "EPA". A Rabat, Mosteafaï avait de lourds dossiers à traiter comme les relations franco-marocaines, le Sahara et, en Algérie, il avait la charge de la préparation de l'autodétermination et des négociations "FLN-OAS" que lui avait confiées le "GPRA". C. Mostefaï, aujourd'hui vivant, qui gère son site, n'a jamais évoqué N. Mandela ni fait de commentaire à l'occasion de son décès.

            De Fait, Mandela n'a jamais été en Algérie en 1961 et, comme il l'écrit lui-même, il quittera par le train Rabat, avec Hamilcar Cabral, le 18 mars pour arriver à Oujda le 19.03.1962 au matin. Ce 19 mars, accompagné de Robert Reisha (futur représentant de l'ANC), Mandela est accueilli à la gare par Nourredine Djoudi dit Abdelhamid, chef de section politique de l'ALN et anglophone. Puis, Mandela sera dirigé à Zegangan, base d'instruction de l'ALN, près du Maroc espagnol (Nador). (3)  Nourredine Djoudi, à propos de l'entraînement militaire de Mandela, confie à Slimane Zeghidour de "TV5 Monde", le 21.06.2013: "Comme il passait assez peu de temps avec nous, pour la première fois, on lui a appris à manier des armes de guerre, les mines et leurs impacts sur les combattants. Ce n'était pas une formation en profondeur proprement dit, c'était une instruction générale qu'un futur dirigeant d'une armée se doit de connaître...Il sera hébergé au Maroc, dans une ferme d'orangers appartenant à un Algérien...".

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            Ensuite, le seul défilé militaire auquel a assisté Mandela, à l'invitation de A. Ben Bella (4) , s'est déroulé après celui effectué à Rabat, aux côtés du Roi du Maroc Hassan II, le 28.03.1962, puis, ensuite à Oujda pour passer en revue les troupes de l'ALN, avec le colonel H. Boumediene et Rabah Bitat. D'ailleurs, même Claude Lanzmann, invité aussi par Ben Bella, était présent. Se confiant au journaliste Stéphane Bou, Lanzmann se souvient: "J'ai été invité à Rabat par Ben Bella quand il a pris le pouvoir (!). Il passait les troupes en revue, en leur disant: "Vous êtes notre sang.". (5)  En 1962, il voyagera avec un passeport éthiopien, sous la fausse identité de David Motsamamayi. En 03/1962, sa visite à Oujda (Maroc) a eu lieu une seule fois pour une visite au "FLN"-"ALN". Et, c'est là, son unique séjour aux côtés des Algériens de l'ALN, avant sa longue incarcération. Selon le site de "La Fondation Mandela", on relève que: "Le 11.01.1962, sous le nom d'emprunt de David Motsamayi, Nelson Mandela quitte l'Afrique du Sud secrètement. Il fait une tournée africaine et visite l'Angleterre pour avoir du soutien pour la lutte armée. Il a reçu une formation militaire au Maroc (dans las camps de l'ALN) et en Ethiopie, puis, revient en Afrique du Sud en juillet 1962. Il fut arrêté à un barrage de police à l'extérieur de Howick, le 05.08.1962, alors qu'il revenait du Kwazulu-Natal où il s'est entretenu avec le président en chef dee l'ANC, Albert Luthuli, à propos de son voyage.".

            Ainsi, Mandela côtoiera très peu de temps l'armée algérienne au Maroc, contrairement aux affabulations de journalistes incultes ou formatés, adeptes du "copier-coller". Entre le mois d'avril et juillet 1962, Mandela revenait vers l'Afrique du Sud, en passant par d'autres pays. Mandela est donc resté, tout au plus, trois semaines au Maroc. Il était donc au Mali, en avril 1962. Il séjournera au Grand Hôtel de Bamako. A cette occasion, le pan-Africain Modibo Keïta lui promet l'aide de l'Etat malien. Une certitude, Mandela n'a pas assisté à la crise de l'été 1962, lors de l'indépendance algérienne. Il n'a jamais mis les pieds sur le sol algérien avant 1990.

 

 

 

 
 

 

Lire la suite de l'article :

http://voxpop.over-blog.com/article-mandela-nelson-rolihlahla-dit-madiba-du-nom-de-sa-tribu-suite-et-fin-121586990.html

 

 

Repost 0
Published by voxpop - dans Politique
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 21:33

 

Le retrait d'Afghanistan, entre «soulagement» et «amertume»

L' accélération du calendrier est appréciée diversement au sein de l'armée. C'est «un soulagement» pour la troupe, assure l’officier de réserve. «Cela fait belle lurette qu’on ne mène plus d’action offensive et que nos soldats sont retranchés dans leurs casernes. Notre présence, c’était devenu de l’affichage.» Un observateur parle«d'un peu d’amertume. Depuis que nos soldats se sont vus imposer des mesures de sécurité renforcées, les progrès enregistrés sur le terrain sont battus en brèche.» Un jugement tempéré par l’état-major des armées à Paris: «Là où nous sommes présents, la sécurité s’est améliorée, et la population vit mieux.» Mais pour combien de temps? Que se passera-t-il lorsque la sécurité de la province de Kapisa aura été transférée totalement à l’armée afghane?

 

Autre écueil pour les troupes : la crise morale de fin de mission.«Depuis des mois, l’armée de terre vit sous forte pression, note l’ancien directeur de l’Ecole de guerre, Vincent Desportes. Il y a eu la Côte d’Ivoire, la Libye, nos Casques bleus au Liban…Tous les régiments ont tourné dans les missions et se sont intensivement entraînés avant leur déploiement sur le terrain.» De retour à la maison, les soldats vont retrouver la routine de la vie de caserne. Qui plus est avec de sombres perspectives. Du fait du prix du carburant, les budgets consacrés aux entraînement ont été réduits. «Le nouveau pouvoir veut recruter 12 000 personnes pour renforcer la police et la gendarmerie, et 60 000 dans l’Education nationale. Il va bien falloir réduire les effectifs ailleurs, redoute déjà un officier supérieur. Or .nous ne pouvons pas arrêter de recruter, sinon nous sommes morts Nos soldats doivent être jeunes.» «Nos troupes vont quitter l’Afghanistan avec un certain goût d’inachevé et avec pour seule récompense une probable diminution de moyens», résume un expert.

 

Repost 0
Published by voxpop - dans Politique
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 08:32

 

  • 25 mai 2012
  • Le Figaro

Christian Saint-Etienne

L’économiste, titulaire de la chaire d’économie industrielle au Conservatoire national des arts et métiers*, mesure le prix de

l’alourdissement annoncé de la fiscalité des entreprises.

Les entreprises françaises ne sont pas riches; mais exsangues ! (…) Les classes politique et médiatique sont aveuglées par les profits que le CAC 40 réalise hors de France !

La France aborde un moment clé de son histoire, alors que la zone euro est en grande difficulté. La Grèce peut enclencher le 17 juin, lors de ses élections législatives qui auront lieu le même jour que le second tour des législatives françaises, une crise d’une violence inouïe si une majorité ne se dégage pas en faveur des accords européens. Ces derniers ont permis de réduire massivement la dette privée de la Grèce tout en lui assurant un financement public de long terme. Un non grec provoquerait la sortie de ce pays de la zone euro et enclencherait une crise systémique frappant tout le sud de l’europe.

C’est dans ce contexte qu’il faut bien mesurer les effets du choc violent annoncé par le programme du nouveau président français. M. Hollande s’est engagé à relever les impôts de 44,5 milliards afin de financer une hausse des dépenses publiques de 20 milliards d’euros et de réduire apparemment le déficit de 22,5 milliards d’euros. Par ailleurs, il a annoncé l’annulation de la mesure de TVA sociale de février 2012 qui doit réduire les cotisations sociales des entreprises de 13 milliards d’euros.

Or, personne n’a commenté le contenu du plan fiscal annoncé. La hausse de 44,5 milliards d’euros se décompose en une hausse de 32,7 milliards d’euros des impôts frappant les entreprises et de 11,8 milliards des impôts sur les ménages les plus riches. Tout semble enfin rentrer dans l’ordre. Les entreprises, qui apparemment regorgent de profits, et les riches vont enfin être punis tandis que ce vaste programme est censé bénéficier aux plus pauvres abandonnés par une République injuste.

C’est donc en pleine justice et pour servir les pauvres que les entreprises travaillant sur le territoire français vont être soumises au choc fiscal le plus violent qu’elles aient eu à subir depuis la Seconde Guerre mondiale : 32,7 milliards de hausses d’impôts et 13 milliards d’euros de hausses de cotisations sociales, soit 45,7 milliards d’euros de prélèvements supplémentaires ou 2,25 % du PIB. Mais il est plus précis de comparer cette somme à la valeur ajoutée de l’ensemble des entreprises, soit 1 230 milliards d’euros en 2011, et à leur excédent brut d’exploitation, soit 317 milliards d’euros en 2011. Le choc fiscal atteint 3,7 % de la valeur ajoutée des entreprises et surtout 14,4 % de leur excédent brut.

En

2011, les entreprises ont dû massivement s’endetter pour financer leurs investissements (à hauteur de 65 milliards d’euros pour les sociétés non financières). Au second semestre 2012 et en 2013, elles vont devoir réduire leurs investissements pour faire face à un énorme choc fiscal qui remettra en cause de nombreux projets et conduira beaucoup d’entreprises à ne pas remplacer les salariés partant à la retraite. Le phénomène de non-remplacement des salariés partant à la retraite sera d’autant plus spectaculaire que le retour de la retraite à 60 ans va accélérer les départs. Dans un contexte de croissance économique européenne atone en 2012-2013, la forte ponction sur les entreprises pourrait entraîner une destruction d’emplois productifs comprise entre 200 000 et 300 000 emplois. Les premières victimes de ce choc fiscal seront les travailleurs en général et les travailleurs pauvres en particulier.

Comment en est-on arrivé à proposer un projet économique aussi suicidaire ?

C’est que toutes les prémisses de ce projet sont fausses ! La France a le budget de protection sociale non pas le plus faible mais le plus élevé de la planète avec un budget social de 32 points de PIB contre 25 points de PIB pour la moyenne des budgets sociaux des autres pays de la zone euro et 17 points de PIB pour la moyenne de L’OCDE. Qui plus est, ce budget a augmenté sous Sarkozy en sorte qu’il a été, dans les faits, le « président des pauvres » le plus généreux de l’après-guerre ! té depuis dix ans, ils l’ont fait deux fois moins que dans les autres pays développés. Surtout, les dix pour cent de ménages les plus pauvres ont vu leurs revenus augmenter plus fortement en France que dans tout autre pays développé au cours de cette période. Tout ceci est cohérent avec l’ampleur inégalée de la redistribution sociale.

La France ne doit pas relancer la consommation mais la production, comme en témoigne son énorme déficit commercial ! En frappant des entreprises exsangues, on prépare une Berezina de la production nationale ! Qui plus est, le déficit public ne baissera pas mais augmentera ! C’est la consommation qu’il faut taxer et la production qu’il faut détaxer !

 

Les entreprises françaises ne sont pas riches mais exsangues ! Quand on retire les 120 premières entreprises françaises des plus de trois millions d’entreprises opérant sur notre territoire, ces dernières ont des taux de marge sur chiffre d’affaires et de rendement sur capitaux investis moitié plus faible qu’en Allemagne ! Les classes politique et médiatique sont aveuglées par les profits que le CAC 40 réalise hors de France !

Si les revenus des ménages appartenant au 1 % supérieur des revenus ont augmenté faits publics incontestables et parfaitement connus des organisations internationales traduit le niveau affligeant du leadership politique et économique de la France.

Mais ce sont le peuple et les « pauvres » qui pourraient regretter le plus amèrement les choix annoncés et pour lesquels ils ont voté sans les comprendre ! * Membre du Conseil d’analyse économique, auteur de « L’incohérence française », Grasset (janvier 2012) et du « Joker européen », Odile Jacob (mai 2012).

Repost 0
Published by voxpop - dans Politique
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 08:03

 

  • 25 mai 2012
  • Le Figaro
  • IVAN RIOUFOL RIO irioufol@lefigaro.fr blog.lefigaro.fr/rioufol

Le blo bloc-notes

Le bonheur des socialistes fait plaisir à voir. Depuis l’élection de François Hollande, ils additionnent à voix haute ses « sans-faute ». Tout est prétexte à s’émerveiller de sa simplicité, y compris dans le fait d’enlever sa cravate à Camp David (États-unis) à l’invitation de Barack Obama ou dans sa réserve mise, à Chicago, à ne pas commenter le sacre de Montpellier en Ligue 1 de football. Le choeur médiatique loue la baisse des salaires de l’exécutif, son respect des feux rouges, l’usage du train, le refus des cadeaux, la parité entre ministres. La presse brode sur l’aisance du chef de l’état dans ses nouveaux habits. Pas un journaliste n’a eu la curiosité de fouiller les causes de la condamnation pour favoritisme de Jean-marc Ayrault, le premier ministre, au prétexte que la peine est légalement oubliée. Jusqu’alors, les « investigateurs » étaient moins délicats.

Nulle part le nom de Nicolas Sarkozy n’est prononcé. Cependant, son successeur fait tout pour faire comprendre que le changement doit se lire, tout de suite, sur sa propre personne et dans ses premiers pas d’homme normal. Les communicants, hagiographes et cireurs de bottes survendent des insignifiances. Le procédé laisse voir, derrière le président affable qui refuse de se protéger de la pluie lors des cérémonies du 8 Mai, un personnage perméable à la suffisance et à l’enflure. Il fut inélégant de ne pas raccompagner son prédécesseur lors de son départ et de ne pas en dire un mot aimable. Il fut vaniteux d’assurer, au G8, que son mandat était « honoré » au prétexte que la croissance était écrite, banalité rhétorique, dans le communiqué final.

En fait, Hollande n’a rien à envier à Sarkozy dans la mise en scène de ses gestes et ceux de sa compagne. La journaliste Valérie Trierweiler ne fait d’ailleurs pas mystère de ses ambitions et a déjà ses têtes. L’hôte de l’élysée, qui disait vouloir « réenchanter le monde » , en rajoute dans le ronflant. Le ridicule est atteint quand le ministère d’arnaud Montebourg (condamné mercredi pour « injures ») est débaptisé de son « Redressement productif » au profit d’un plus humble « Redressement progressif » , tandis que George PauLangevin se voit chargé de la « Réussite éducative » . Voici un gouvernement qui, chargé d’illustrer l’anti-blingbling et la morale, recourt à des maquillages tape-à-l’oeil et à d’opportunes amnésies. Saura-t-il tenir les promesses du candidat ? Il est permis, heureusement, d’en douter.

Certes, Christiane Taubira, garde des Sceaux, s’est empressée de confirmer l’angélisme de la gauche en annonçant la suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs récidivistes de plus de 16 ans. La repentance unilatérale est, elle, illustrée au mieux par le premier ministre : maire de Nantes, il vient d’inaugurer un ambitieux Mémorial sur la traite des Noirs (coût : 8 millions d’euros) tandis que rien ne rappelle, sur les mêmes quais de la Loire, les massacres et noyades de la population locale organisés par Jean-baptiste Carrier en 1793 au nom de la Convention. Pour autant, l’irréalisme du projet présidentiel a peu de chances de passer l’épreuve des faits. Hollande a déjà dû mettre de l’eau dans son vin au sujet du retrait français d’afghanistan et du traité de discipline budgétaire européen. Et les choses sérieuses ne font que commencer.

Accélérer l’aggiornamento du PS Faut-il laisser le PS se dépatouiller avec les crises – la banqueroute de la Grèce serait redoutable pour la France, qui détient 100 milliards d’euros de sa dette – ou la droite doit-elle espérer reprendre une main sur le volant, à l’occasion des législatives des 10 et 17 juin ? L’aggiornamento du PS ne pourrait que s’accélérer s’il devait rester, seul, en prise avec les réalités. Elles obligent, notamment, à concrétiser les désendettements publics en engageant des économies de fonctionnement, avant de penser à des mesures de relance grâce à des investissements publics. Quand Hollande s’autocongratule pour avoir imposé la croissance dans ses conversations avec Angela Merkel, il feint d’ignorer que tout le monde est pour une telle dynamique, à condition d’engager parallèlement des réformes structurelles de réduction des dépenses, voire des assouplissements dans le marché du travail. En réalité, l’unique vision étatiste d’une croissance à crédit ne peut prétendre être la réponse aux crises des États-providence qui obligent aussi à des solutions libérales. Parce qu’il ne semble toujours pas vouloir l’entendre, le chef de l’état se lie avec un dogmatisme qui caricature son parti, au même titre que le laxisme dont il fait preuve sur les jeunes délinquants. À ajouter aussi : l’irréalisme sur le retour partiel à la retraite à 60 ans et le sectarisme né des premières « chasses aux sorcières » dans la police (voir mon blog). Le gouvernement se comporte, depuis trois semaines, comme s’il redoutait d’entrer dans le monde réel, au risque de briser l’union franco-allemande. Saura-t-il atterrir un jour ?

La France schizophrène En réalité, c’est le pays tout entier qui devient schizophrène. Le peuple penche majoritairement à droite, mais c’est la gauche qui détient la quasi-totalité des pouvoirs. Les électeurs sont de plus en plus nombreux à fulminer contre la pensée médiatique, mais ils ont offert sa plus belle victoire en lui laissant la tête de Sarkozy. L’UMP parle de serrer les rangs contre la gauche, mais François Fillon trouve plus urgent de lancer la bataille contre Jean-françois Copé en vue de la présidence du mouvement. Le PS aimerait devenir réaliste, mais il s’accroche à ses idéologies. Les Français dansent ainsi d’un pied sur l’autre, sur un sol qui se dérobe. Un temps instable se profile, faute d’idées claires nulle part.

Les dés roulent… « Si un homme politique n’est plus cru, c’est qu’il est cuit » , disait Pierre Dac. Nous y sommes. Le PS doit se réconcilier avec les faits, et L’UMP avec l’électorat qui a rejoint Marine Le Pen. Elle fera probablement encore perdre la droite en juin. En attendant, les dés roulent…

Repost 0
Published by voxpop - dans Politique
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 07:21

 

Où est MR VALLS ? Qu'en pense Mme Taubira ?

De nouvelles échauffourées ont eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi entre les forces de l'ordre et de jeunes habitants après la mort mercredi d'un jeune homme qui roulait sans casque avec une moto volée. Une source proche de l'enquête a fait état de tirs de mortiers et d'un jet de boule de pétanque, sans plus de précisions. Selon cette source, il n'y avait ni blessés, ni dégâts, et la police n'avait procédé à aucune interpellation. Une autre source proche de l'enquête a indiqué que le calme est revenu vers 1H00. Mercredi soir, des détritus qui se trouvaient sur le trottoir avaient été incendiés. Plus tard, une voiture a été retournée et des affrontements ont eu lieu. Des encombrants, qui avaient été déposés sur le trottoir, ont été placés sur la route. Des vitres ont été brisées sur une vingtaine de véhicules. Il n'y avait eu ni blessés ni interpellations. Ces violences font suite à la mort d'un jeune garçon, dans la nuit de mardi à mercredi, alors qu'il circulait à bord d'une moto volée. Selon des sources concordantes, des rumeurs mettent en cause la police. Le jeune homme décédé, âgé de 24 ans, était originaire de la ville voisine d'Antony (Hauts-de-Seine). Il aurait perdu le contrôle de la moto, qu'il venait de dérober lors d'un cambriolage à Vauhallan (Essonne), et qu'il conduisait à très vive allure. Il ne portait pas de casque et ne détenait aucun permis de conduire. Selon les premiers éléments de l'enquête, la moto a été retrouvée à une quarantaine de mètres du point d'impact. Connu des services de police, ce jeune homme présentait un taux de 1,08 g d'alcool dans le sang, et avait consommé du cannabis, selon cette même source. Un autre jeune homme, âgé de 19 ans, originaire de Massy, et qui se trouvait avec lui sur la moto, a été grièvement blessé. Il a été transporté à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne). Une source proche de l'enquête avait indiqué mercredi soir que les forces de l'ordre sont arrivées sur place après les faits, appelées par un témoin.

Repost 0
Published by voxpop - dans Politique
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 09:14

 

24 mai 2012

Le Figaro

PROPOS RECUEILLIS PAR CHARLES JAIGU

 

Guaino: « Il serait nocif que le PS ait tous les pouvoirs »

 

Candidat aux législatives dans les Yvelines, l’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy assure que ces élections sont « gagnables », compte tenu de « l’étroitesse de la victoire de François Hollande ».

 La cohabitation n’est-elle pas nocive ? C’est aux Français d’en décider ! Je n’imagine pas leur dire : « Ne votez pas pour nous, parce que la cohabitation, ce n’est pas bien. » Ce qui serait nocif, ce ne serait pas la cohabitation, ce serait que les socialistes aient tous les pouvoirs pour appliquer leur programme. Que pensez-vous de l’acte I du président Hollande ?

 

 Pour la communication, c’est assez réussi. Mais, concrètement, qu’a-t-il fait ? Qu’a-t-il obtenu ? Qu’a-t-il changé à part le salaire des ministres, ce qui ne va pas faire reculer le chômage, ni protéger les Français de la crise ? Réponse : rien !

Sur l’afghanistan, sur l’europe, sur les relations franco-allemandes, on est déjà loin des promesses de campagne. Pour l’instant, on distribue des satisfactions symboliques à des clientèles.

Sur la croissance, François Hollande a-t-il changé la donne en Europe ? C’est une blague ! Nicolas Sarkozy a toujours refusé l’austérité et recherché l’équilibre entre la croissance et l’assainissement des finances publiques. Il y avait une stratégie de croissance : diminuer les dépenses courantes pour pouvoir investir, faire des réformes structurelles pour accroître la compétitivité au lieu d’augmenter les impôts, travailler davantage plutôt que baisser les salaires et les retraites.

 

François Hollande prétend qu’il peut construire une nouvelle croissance et restaurer la confiance… Il parle tout le temps de croissance, mais son programme est un programme d’austérité. Augmenter massivement les impôts, pas seulement pour les riches, mais pour tout le monde, alourdir les charges et le coût du travail, c’est tuer la croissance. C’est un contresens. Dans les circonstances actuelles où l’europe est au bord de la récession, ce serait une erreur historique.

 

La ministre de la Justice a annoncé son intention de ne pas réformer l’ordonnance de 1945 sur les mineurs. Qu’en pensez-vous ? Ce serait une grave erreur. Le refus de réformer la justice des mineurs qui est complètement dépassée, le retour en arrière sur les tribunaux correctionnels pour les mineurs les plus délinquants, la suppression des peines planchers seraient de dramatiques signaux d’impunité. La fermeté affichée du ministre de l’intérieur ne compensera pas le laxisme revendiqué de la politique judiciaire.

 

Avez-vous été surpris par le discours d’investiture très antisarkozyste de François Hollande ? En politique aussi, l’élégance devrait être une vertu. Surtout dans ce moment solennel qu’est l’investiture présidentielle. Quelque 1 140 000 voix séparent François Hollande de Nicolas Sarkozy. Avez-vous des regrets ? Comment ne pas en avoir ? Et comment faire une théorie des causes de la défaite quand l’écart est aussi faible ? Si l’on peut reprocher quelque chose à Nicolas Sarkozy, c’est de s’être trop impliqué et de ne pas s’être assez protégé lui-même. Mais est-ce un défaut, ou l’éminente qualité d’un homme d’état ?

Repost 0
Published by voxpop - dans Politique
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 09:07

 

A voir et à écouter, avant qu'il ne lui soit interdit d'imiter Hollande, comme une rumeur persistante le laisse entendre.

 

Repost 0
Published by voxpop - dans Politique
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 19:39

 

Ils étaient nombreux ceux qui trouvaient  Nicolas Sarkozy trop petit.

Ont-ils changé de lunette depuis ?

 

moquerie

Repost 0
Published by voxpop - dans Politique
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 08:34

Paroles, et paroles....

 

  • 23 mai 2012
  • Le Figaro

Après le premier ministre, condamné en 1997 à six mois de prison avec sursis pour « favoritisme » dans un contrat public, c’est au tour de la garde des Sceaux d’être rattrapée par son passé judiciaire. En 2004, elle a été condamnée par le conseil des prud’hommes de Paris pour licenciement injustifié et rupture de CDD « abusive » à l’encontre de son ancienne assistante parlementaire, à qui elle a dû verser 5 300 euros. Comme Jean-marc Ayrault, Christiane Taubira est donc en infraction par rapport à la promesse de François Hollande de ne pas s’entourer de personnes « jugées ou condamnées » .

Repost 0
Published by voxpop - dans Politique

Bienvenue

  • : Le blog de voxpop
  • : Immigration en France : Etat des lieux, réflexion et charte de vote. La France en résistance
  • Contact

CHOISIR 

LA  FRANCE

 

RESISTANCE !

Capture-d-ecran--316-.png 

J'ai plus envie de me croire à Kaboul dans ma ville,

J'ai plus envie de l'incivisme, plus envie de la médiocrité comme religion, plus envie du manque d'ambition comme profession de foi.

J'ai plus envie de relativiser. >>>>