Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 21:29
Voir en ligne: cliquez ici. Visiter notre site
http://www.nonaumariagehomo.fr/



Je signe la pétition | J'interpelle mon sénateur

 

J-2 : TOUS à PARIS ce DIMANCHE 24 MARS 2013

A deux jours de la manifestation contre le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe, contre la PMA et la GPA pour tous, parce que nous croyons que tous les enfants ont des droits et que leurs droits priment sur ceux du droit à l'enfant, nous nous retrouverons à Paris ce dimanche 24 mars à 14h00.

Nous aurons vécu, chaque jour, des tentatives du gouvernement et de la préfecture de police de Paris pour créer de la confusion et entraver le bon déroulement de notre mobilisation.

Parce qu'un enfant = 1 père et 1 mère,

Parce que leur irresponsabilité, à base de clientélisme politique, ne doit pas anéantir les droits des enfants,

Parce que, quoi qu'il puisse se faire, nous n'avons pas le droit de lâcher. Pour nos valeurs, pour nos enfants et pour les générations futures.

Parce que tout simplement, nous ne lacherons rien !

ON SE RETROUVE A PARIS
DIMANCHE 24 MARS A 14H00

RÉPARTITION RÉGIONALE DES POINTS DE DÉPART :

Haut de l'avenue Charles de Gaulle - Neuilly (par La Défense)
> départements d'Ile de France
Place de la Porte de Champerret (par les boulevards des Maréchaux)
> Nord + Est de Paris
Porte Dauphine (par les boulevards des Maréchaux)
> Sud+ Ouest de Paris

Pour que cette nouvelle mobilisation soit un succès. Aidez-nous !

Si vous le pouvez, merci de nous adresser un don via paypal, même modeste, pour nous aider à financer toutes nos opérations de mobilisation, ainsi que les nombreuses impressions. Vous pouvez également nous envoyer vos dons à l'ordre de l'UNI à l'adresse suivante :

UNI - 34 rue Emile Landrin
92100 Boulogne-Billancourt.

Un reçu fiscal vous sera adressé dès réception de votre don et vous permettra d'obtenir une réduction d'impôt de 66% du montant de votre soutien.
Ainsi, un don de 50€ vous coutera 17€.

 

Faites un don

Rejoignez-nous

Diffusez la vidéo pour préparer le 24 mars PARTOUT !

Vous rendre à Paris

- En voiture

- En train ou en bus

Combien seront-nous dimanche ?

Téléchargez l'appli ZoomZoomZen 
ANDROID | IPHONE

Découvrez la Boutique

Les militants se sont bougés toute cette semaine pour mobiliser !
A Lille, à Lyon, à Strasbourg, à Nantes, à Marseille, à Paris, à Rennes, à Aix... les membres du collectifs se sont mobilisés pour demander à Hollande et à son gouvernement s'ils entendaient la voix du peuple de France. La mobilisation déjà forte devra atteindre son paroxysme dimanche. Pour les droits de l'enfant.

 

 

Mobilisez-vous sur l'Internet !
Restez connecté sur les réseaux sociaux et diffusez nos actus ce week-end. Un live, pour celles et ceux qui ne pourront pas se déplacer, aura lieu dimanche. Restez connecté ! inscrivez-vous ici

 

Repost 0
Published by voxpop - dans La France en résistance
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 13:56

ENTÊTE DF

PLUS QUE JAMAIS NOUS SOMMES FIERS D'ÊTRE SARKOZYSTES !

STOP À L'ACHARNEMENT CONTRE NICOLAS SARKOZY !

Nicolas Sarkozy a été mis en examen par un magistrat sur la base de soupçons. Depuis de nombreuses années, Nicolas Sarkozy est attaqué, fustigé, dénigré par des commentateurs peu scrupuleux et mal intentionnés.

Parce qu’il est un honnête homme, parce qu’il est parfaitement intègre, parce qu’il est un homme d’Etat, parce qu’il est de plus en plus populaire dans le cœur des Français, Nicolas Sarkozy est plus que jamais une cible.

Certains veulent régler des comptes personnels avec lui, d’autres veulent éviter son retour en politique.

Exprimons notre amitié, notre affection et notre soutien total et entier à Nicolas Sarkozy. Dites STOP à l’acharnement dont il est la victime !

Plus que jamais, nous sommes fiers d'être sarkozystes !

Les Co-fondateurs de la Droite forte :

Guillaume PELTIER, vice-président de l'UMP
Geoffroy DIDIER, Secrétaire général adjoint de l'UMP
Camille BEDIN, Secrétaire générale adjointe de l'UMP

Retrouvez toutes l'actualité de la Droite forte sur notre site

Repost 0
Published by voxpop - dans La France en résistance
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 08:46

Evident ! mon cher Watson


 

 

 

  • 22 mars 2013
  • Le Figaro

Avant le sommet des ministres des Affaires étrangères européens, réunis ce vendredi à Dublin à propos de l’embargo sur la Syrie, David Cameron (photo) a commencé à reculer sur sa proposition d’armer les rebelles. Il isole ainsi un peu plus François Hollande dans ce projet. Le chef du gouvernement britannique a perçu la vive hostilité de son opinion à cette mesure. 54 % des Britanniques sont contre l’envoi d’armements légers aux combattants antiAssad et 64 % contre la fourniture de matériel lourd, selon un sondage YouGov. Les trois quarts des Britanniques rejettent l’idée d’envoyer des troupes sur place pour aider la rébellion. Les Français sont davantage partagés : 40 % se disent contre l’envoi d’armes légères, 46 % contre celui d’armes lourdes et 60 % opposés à une intervention militaire française, selon la même étude réalisée en parallèle au début de la semaine.

Repost 0
Published by voxpop - dans La France en résistance
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 08:35
  • 22 mars 2013
  • Le Figaro
  • le bl bloc-notes IVAN RIOUFOL R iriou irioufol@lefigaro.fr bl blog.lefigaro.fr/rioufol

Les Français oubliés : la gauche les ignore, royalement. Dimanche, les proscrits protesteront à nouveau, à Paris, contre un gouvernement qui les méprise. La spectaculaire omerta sur les appels à manifester, lancés par la Manif pour tous, révèle l’hostilité du pouvoir et de ses médias. Les rassemblements ont été refusés aux ChampsÉlysées, à la Concorde, aux Invalides. L’avenue de la Grande-Armée sera, en fin de compte, le rendez-vous. Ces embûches ont peu de chance de décourager. Cette deuxième mobilisation de masse contre le mariage homosexuel pourrait même se transformer en une opposition aux projets sociétaux et à la politique de François Hollande. L’erreur serait de sous-estimer, une fois de plus, cette affirmation de la société civile. Elle est le symptôme de la crise de la politique, de sa perte d’autorité, de sa morgue craintive.

La politique souffre du syndrome de Zazie. « Tu causes, tu causes, c’est tout ce que tu sais faire », fait dire Raymond Queneau au perroquet de son roman. Les dirigeants impuissants se réfugient dans ce verbiage. « Je sais où je vais » , a cru utile d’annoncer, mercredi, le premier ministre. Depuis quarante ans, la politique se trompe et donne le change par une inflation de déplacements, de discours, d’interviews, de petites phrases, de tweets. Il y avait 60 prises de parole annuelles sous Charles de Gaulle et plus de 200 sous Jacques Chirac, a compté Maxime Tandonnet (1). Il écrit : « (Hollande) tente à son tour de noyer, dans une prolifération de gestes surmédiatisés et de mesures symboliques, l’incapacité chronique des chefs de l’État à guérir les maux du pays. » La fonction présidentielle n’a plus de capacité d’action, sauf à la marge. Voilà pourquoi les citoyens veulent reprendre leur destin en main.

Ce qui se profile est la contestation d’un monde politique qui n’est plus à la hauteur. La manière dont les opposants au mariage gay sont traités par la République est indigne d’une démocratie. C’est en coup de vent que les représentants des religions ont été reçus par la commission des lois à l’Assemblée, qui a omis d’inviter les juristes réticents. Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a dédaigné les 700 000 signatures déposées par les protestataires. Le rapporteur de la loi au Sénat a refusé de recevoir une délégation menée par Frigide Barjot, accusée de représenter « le pire de l’homophobie » .

Faut-il rappeler l’article 35 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 ?

 

Quand le gouvernement viole les droits des peuples,

 l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple,

le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs » .

 On y vient.

 

Tout devient révoltant. Il est révoltant d’avoir entendu les mensonges sur le « vivre-ensemble » à Marseille, ville témoin de la déchirure créée par le multiculturalisme. Révoltant d’apprendre, mardi, l’annulation par la Cour de cassation du licenciement d’une employée voilée de la crèche privée Baby Loup, laissant triompher l’islam sur la laïcité. Révoltant d’observer l’École se noyer tandis que son ministre se rengorge d’une banale réforme des rythmes scolaires. « La France est triste », lance cette semaine, avec raison, Gérard Depardieu. « Vient un moment où il n’est plus possible de continuer comme ça » , écrit Dominique Jamet (2). C’est ce que disent ceux qui ne veulent pas voir leur civilisation, leur identité, leurs traditions disparaître. Cela finit par faire du monde… « Dégage ! » Ceux qui se moquent de ce peuple indigné - qui avait surpris par sa mobilisation du 13 janvier - espèrent l’essoufflement d’un mouvement qu’ils jugent provincial, passéiste, archaïque. La déplaisante arrogance de ces élites symbolise ce dont souffrent les oubliés : ils se sentent indésirables dans ce pays officiel qui les renie. Les déconstructeurs ont d’abord fragilisé la nation ouverte avant de s’en prendre à la famille. Le gouvernement, qui veut imposer à tous le mariage gay et ses filiations fictives (alors que l’Insee ne comptabilise que 100 000 couples homosexuels), sort de la même école relativiste que ceux qui ont abattu les frontières et les protections pour laisser le peuple abandonné à lui-même. Christiane Taubira, ministre de la Justice, qualifiait dernièrement de « périmées » les « racines judéo-chrétiennes de notre civilisation » . Elle trouve aujourd’hui « légitime » la procréation médicalement assistée (PMA) pour tous. Parlant de la loi prochaine, elle annonce : « À mon avis, pour l’été, c’est bouclé ! » Difficile d’être plus fermée.

C’est contre cet État sectaire, incapable de résoudre le chômage, l’endettement et l’insécurité en dépit de sa mainmise sur tous les pouvoirs, que pourrait se lever le « printemps français », qui scanderait à son tour : « Dégage ! » . La crise de la démocratie oblige les élus à s’amender de leurs erreurs - certains commencent à le faire à droite, comme Bruno Le Maire dernièrement - et à laisser une place à la société civile, qui vient d’ébranler l’Italie. Sur le dossier du mariage homosexuel, en discussion à partir du 4 avril au Sénat, tous les recours ne sont pas taris, tant le projet est mal ficelé. Des juristes voient en lui « l’esclavage moderne des femmes et la nouvelle traite des enfants » . D’autres soutiennent l’inconstitutionnalité d’un texte qui chamboule le droit de la famille et rompt l’égalité en instituant plusieurs états civils en fonction des filiations. Quant à ceux qui ont écouté, mardi, le pape François adjurer les hommes d’être les « gardiens de la création, du dessein de Dieu » , ils ont pu entendre, en creux, l’opposition renouvelée de l’Église à cette déraison qui voudrait qu’il n’y ait plus d’autre identité respectable que sexuelle. Le vent de l’histoire Le vent de l’histoire porte cette France silencieuse, qui veut arrêter la course au déclin. Un même dédain du peuple se retrouve jusqu’aux plus hautes instances de l’Europe. Face aux petits épargnants de Chypre, elles ont évité le pire en renonçant à taxer leurs dépôts bancaires. Mais avoir pu envisager cette spoliation, avalisée un temps par les partenaires européens, montre leur éloignement. Les délégations de souveraineté à cet empire technocratique, acceptées par tous les gouvernements français, ont aggravé le sentiment de dépossession nationale qui parcourt la société. À l’instar du gouvernement français, l’Union européenne fait tout pour se rendre imbuvable. (1) Histoire des présidents de la République, Perrin. (2) Le Mal du pays, Éditions de la Différence.

Repost 0
Published by voxpop - dans La France en résistance
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 08:20
  • 22 mars 2013
  • Le Figaro
  • LAURENCE DE CHARETTE

Indignées d’avoir été écartées des débats sur la récidive, elles se mobilisent et écrivent au ministre.

 Ce jeudi-là, Sophie a pris place dans les larges fauteuils de la Maison de la chimie, à Paris, décidée à suivre attentivement les débats de la « conférence de consensus » visant à tracer des pistes de lutte contre la récidive pour le ministère de la Justice. Progressivement, la jeune femme sent la colère l’envahir. Sophie a beau avoir tenté de se construire une vie « normale », effectué une carrière dans les ressources humaines et élevé deux enfants, elle reste au fond d’elle la petite fille de 12 ans qui a vu ses deux parents massacrés sous ses yeux. Une victime, qui, malgré elle, « en a pris pour perpette, avec la douleur » explique-t-elle. Or, sur l’estrade, elle voit défiler des experts de tout poil, un détenu ; mais des victimes, comme elle, de ces criminels récidivistes dont il est tant question, non. Elle prend rageusement des notes. Devant elle, les intervenants se succèdent, évoquant les effets néfastes de la prison « école du crime » sur la récidive, ou l’idée des libérations conditionnelles automatiques…

C’est ainsi qu’elle décide de ne pas taire son indignation. Près d’une trentaine de victimes et proches de victimes ont avec elle pris la plume pour dire au ministre de la Justice, mais aussi au premier ministre et au président de la République - ainsi qu’au ministre de l’Intérieur Manuel Valls - leur profond désaccord avec les 12 recommandations issues de cette conférence de consensus qui n’a de consensuelle que le nom. « Nous sommes déterminés à faire entendre nos voix par tout moyen de droit et serons entendus, soyez-en sûre » avertissent-elles dans une lettre envoyée ce mercredi et signée « les victimes, familles de victimes de la récidive, oubliées de la conférence de consensus sur la récidive ».

Mise de côté lors des réflexions organisé sous l’égide de la Chancellerie, les victimes ont décidé de s’inviter d’ellesmêmes dans le débat.

Chacun des pétitionnaires, a, en outre, pris soin de rédiger un texte destiné plus spécifiquement à Christiane Taubira. À travers ces mots, souvent poignants, parfois durs, ces victimes ont voulu faire toucher du doigt, à cette garde des Sceaux trop soucieuse à leur goût de la surpopulation carcérale, les traumatismes des familles dont les vies ont brusquement volé en éclat le jour où l’un des leurs a croisé le chemin d’un prédateur en liberté.

« Je suis atterrée… je suis en profond désaccord avec la société que vous préparez pour demain », s’indigne Sophie Mougel, la belle-soeur de Natacha Mougel, assassinée par un présumé multirécidiviste alors qu’elle effectuait son jogging. Âgée de 92 ans, Jeanne a perdu deux de ses filles, assassinées à six ans d’intervalle. « Cette douleur, je n’ai pas de mots pour la décrire », dit-elle simplement dans un texte qu’elle a dicté à sa petite-fille. L’un des deux meurtriers a été libéré avant la moitié de sa peine précise-t-elle - et l’on sent à travers ces lignes toute l’incompréhension vis-àvis d’un système dans lequel la peine effectuée reste souvent très inférieure à la peine prononcée.

Profonds traumatismes

Dans sa colère, une mère a adressé à Christiane Taubira l’autopsie de sa petite fille sauvagement martyrisée avant sa mort avec ces quelques mots : « Je ne sais pas si vous avez déjà lu un compte rendu d’autopsie, Madame le Ministre, moi, si. » « Je partage votre souci d’humaniser l’univers carcéral, assure une autre victime de viol, mais je vous en prie, pensez aux victimes ! » implore-t-elle. Ces témoignages soulignent à quel point les années passées, même par dizaines, n’effacent pas de profonds traumatismes. Les victimes confient leurs parcours professionnels brisés, racontent ces années de consultations médicales ou de prise en charge psychologiques qui ne sont pas parvenues à recoller des âmes en pièces. Aux experts qui expliquent froidement que « le risque zéro n’existe pas », elles veulent rappeler que « plus de 1 000 viols et assassinats perpétrés par des psychopathes pourraient être évités par des mesures appropriées » selon les calculs de Jean-Pierre Escarfail, président d’une association de victimes de Guy Georges.

Mais, au-delà de ces drames humains, cette mobilisation spontanée pointe surtout l’incompréhension suscitée par les conclusions de la conférence de consensus, tout particulièrement sur la question de la prison. Les victimes ne comprennent pas que les experts ne fassent pas de la privation de liberté la peine de référence. La peine de « probation » proposée par le jury et défendu par le président de la République ne trouve pas grâce à leurs yeux. De même de la suppression de la rétention de sûreté, cet hôpital prison qui était destiné à accueillir les prédateurs les plus dangereux entre ses murs, même une fois leur peine purgée. « Sachant que certains de nos concitoyens n’ont eu qu’à se retrancher dans des grues pour être reçus, nous espérons que vous serez sensibles à notre démarche » conclut le courrier pétition.

Repost 0
Published by voxpop - dans La France en résistance
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 08:13
  • 22 mars 2013
  • Le Figaro
  • STÉPHANE KOVACS ENVOYÉE SPÉCIALE À NANTES

« On veut du boulot, pas du mariage homo ! »

ILS ÉTAIENT si nombreux, à Nantes ce mercredi soir, que la Manif pour tous a dû se dédoubler. Dans la ville de JeanMarc Ayrault, au coeur de l’une des régions les plus mobilisées contre le mariage gay, une salle de 900 places, pleine à craquer, n’a pas suffi à accueillir toute leur exaspération. A trois jours de la deuxième démonstration de force nationale, la motivation ne fait qu’augmenter : « Le peuple, plus il est muselé, plus il veut s’exprimer ! » , assène Sophie, étudiante. D’autant plus que les premières mesures économiques n’ont pas de quoi le rassurer… C’est avec des slogans bien plus offensifs que les manifestants interpelleront dimanche le gouvernement : « On veut du boulot, pas du mariage homo ! » , s’époumonent-ils, le poing levé.

« Je n’ai plus de voix tellement j’ai crié !, souffle Louis, un cadre qui vient d’être licencié. Mais le gouvernement, le président, le Cese (Conseil économique, social et environnemental, qui a rejeté la pétition des anti-mariage gay, NDLR), tous sont sourds ! La priorité, ce devait être le chômage, et regardez le temps qu’ils passent au Parlement sur cette loi qui ne concerne qu’une infime minorité… » À côté, Aldric, 17 ans, opine : « Je n’ai qu’une envie, c’est d’aller travailler à l’étranger : en France, on s’occupe plus des problèmes de société que des problèmes sociaux ! »

Ayrault, Hollande ou Taubira, difficile de déterminer lequel déclenche le plus de huées. « Non, Hollande, on a besoin de lui !, proteste Xavier Bongibault, porteparole du collectif. Ben oui, pour retirer la loi… » Bruno n’était pas à Paris le 13 janvier, mais fera, cette fois-ci, le voyage : « Déjà que Hollande ne s’en sort pas, bougonne ce retraité. 64 % des Français ne lui font pas confiance, et la manif va lui coûter encore des points ! » Dimanche, lâchent Jessy et Laura, étudiants, « l’alibi c’est le projet de loi Taubira, mais on a plein d’amis, de gauche, qui vont en profiter pour exprimer leur ras-le-bol… »

Dehors, dans le froid, où se relaient les porte-parole devant quelques dizaines de personnes, on entend les mêmes récriminations. « D’une certaine façon, c’est bien que cette loi soit excessive, clame Frigide Barjot, l’égérie du collectif, perchée sur une chaise. Ça nous permet de réagir vraiment, nous qui étions comme anesthésiés depuis vingt ans… »

Stéphane, employé logistique, a voté Hollande : « Je suis foncièrement socialiste, mais ce coup-là, je l’avais pas vu venir ! », tempête ce jeune papa. « Nombreux sont ceux qui ne se reconnaissent pas dans la gauche de Christiane Taubira, qui prétend sortir son sabre pour diriger ! » , affirme Laurence Tcheng, de La Gauche pour le mariage républicain. Au guichet « inscriptions cars », Antoine est euphorique : « Tous les indicateurs montrent que l’on sera plus nombreux que le 13 janvier » , avance-t-il. « Aux amis découragés, qui disaient que la loi serait de toute façon votée, j’ai souligné l’importance de montrer notre révolte contre cette espèce de lavage de cerveau que l’on nous fait subir » , témoigne Laetitia de La Boussinière, créatrice de bijoux fantaisie, dont les « bracelets pour tous » se vendent comme des petits pains depuis un mois.

« C’est vrai, c’est capital de préserver la famille, dans la crise actuelle » , renchérit Florence Couchet, mère de 5 enfants, qui repart galvanisée. « Quand on leur explique ce qu’il y a derrière cette loi, beaucoup de musulmans décident de nous suivre » , ajoute Meriem, de l’association Fils de France, évoquant un « réveil » des banlieues. « Maintenant, il ne vous reste plus qu’à convaincre tous vos proches d’aller marcher sur l’avenue de la Grande-Armée, conclut Frigide Barjot en guise de bénédiction. Et, enfin, ce nom aura un sens pour l’avenir de notre pays » .

Repost 0
Published by voxpop - dans La France en résistance
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 07:57
  • 22 mars 2013
  • Le Figaro
  • PROPOS RECUEILLIS PAR CHARLES JAIGU


Le député UMP veut que la manifestation contre le mariage pour tous sanctionne la politique de François Hollande.

 Le député de la 3e circonscription des Yvelines, Henri Guaino, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, est l’auteur d’un manifeste contre le projet de « mariage pour tous ». Il remonte en première ligne avant la manifestation de dimanche.

Le FIGARO.- Pensez-vous que Hollande puisse reculer sur le texte instaurant le mariage et l’adoption homosexuels ?

Henri GUAINO.- Nous sommes confrontés à un gouvernement qui se croit tout permis, qui se comporte comme si les Français lui avait donné un chèque en blanc pour tout casser. Ils sont engagés dans une entreprise de destruction de l’économie, de la société, de la culture et des institutions sans précédent. Puisque l’on ne peut pas censurer le gouvernement au Parlement, il faut le censurer dans la rue. Dimanche il faut faire comprendre à ce gouvernement qui ne veut rien entendre qu’il doit écouter et respecter les Français. Il faut que le président entende ces Français qui n’ont jamais rien cassé. Honte à ce gouvernement qui méprise ceux qui ne cassent jamais et amnistie les casseurs.

  En élisant François Hollande, les Français n’ont-ils pas souscrit à son projet ?

 Il y avait 60 propositions, une élection présidentielle, ce n’est pas 60 référendums. En refusant de donner la parole au peuple, le président ne grandirait pas la fonction, il l’abaisserait dramatiquement.

 Selon Hollande, la Constitution n’autorise pas un référendum sur les questions sociétales…

Il se moque du monde. Les réformes sociales peuvent être soumises à référendum, le mariage c’est une institution sociale. Le recours au référendum est de la seule responsabilité du président. S’il ne donne pas la parole au peuple ce n’est pas parce qu’il ne peut pas, mais parce qu’il ne veut pas. Dimanche il doit sentir que les Français veulent la parole et ne veulent plus de cette façon de gouverner si méprisante pour ceux qui ne sont pas d’accord avec sa politique.

 La censure par la rue, c’est respecter la République ?

 

  La République, c’est le peuple. Quand on réclame la parole sans rien casser, oui c’est la République. Quand on amnistie les casseurs, c’est le contraire de la République. En refusant les Champs-Élysées aux manifestants le gouvernement s’est comporté de façon antirépublicaine. En 1968, c’est là que le peuple français s’est levé pour s’opposer à la destruction de toute la société. Il est certain qu’une gauche post-soixante-huitarde ne voulait pas revoir ces images. Voilà la vérité. Et ça, ce n’est pas la République.

 S’agit-il dans votre esprit de censurer uniquement le mariage pour tous…

 C’est toute la politique du gouvernement qu’il faut censurer. Que le gouvernement engage une réforme aussi lourde de conséquences, qui peut engendrer autant de souffrances, dans le seul but de détourner l’attention de son incapacité à affronter une crise économique et sociale dramatique, le rend doublement coupable. C’est une double faillite morale devant laquelle aucune conscience française ne devrait rester sans réaction. Oui, c’est à la rue de sanctionner cette faute morale et politique. Si on manque ce rendez-vous de dimanche, alors le pouvoir se croira tout permis.

 L’opposition a-t-elle renoncé à ce combat ?

 Devant l’interdiction de défiler sur les Champs-Élysées l’opposition aurait pu être plus pugnace. Il faut aller jusqu’au bout de ses convictions sans céder à l’intimidation du politiquement correct. Peutêtre certains devraient-ils y réfléchir

RODOLPHE ESCHER/ LE FIGARO MAGAZINE Henri Guaino : « Les réformes sociales peuvent être soumises à référendum, le mariage, c’est une institution sociale. »
Repost 0
Published by voxpop - dans La France en résistance
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 22:58

-

MPT-Filles-Marianne

-

Michel Garroté, réd en chef – Dimanche 24 mars à Paris,

 

 le rassemblement de la Manif pour Tous aura finalement lieu à 14h00 avenue de la Grande armée. Le tribunal administratif de Paris a confirmé l’interdiction faite aux opposants au mariage homosexuel avec adoptions d’enfants de manifester sur les Champs-Elysées. Frigide Barjot dénonce cette atteinte à la liberté de réunion et porte l’affaire devant le Conseil d’Etat (cf. lien en bas de page).

Les opposants au mariage homosexuel avec adoptions d’enfants ne défileront pas dimanche 24 mars sur les Champs-Elysées. Le tribunal administratif de Paris a confirmé hier mercredi l’interdiction du parcours déposé par la Manif pour Tous.

Cette décision anti-démocratique et liberticide s’appuie notamment sur l’hypocrite allégation que voici : « Ce n’est pas un événement festif comme la Coupe du monde en 1998, mais à tendance politique, a justifié la préfecture, nous sommes donc en droit de poser cette interdiction ».

Contactée par l’hebdomadaire parisien de gauche L’Express, Frigide Barjot – l’une des chefs de file du mouvement contre le mariage homosexuel avec adoptions d’enfants – confirme que le mouvement Manif pour Tous respectera cette interdiction. Toutefois, elle estime que cette interdiction est une atteinte à la liberté de réunion des Français.

La préfecture de Paris n’a pas apporté la preuve que la manifestation prévue était de nature à troubler l’ordre public. « S’ils craignent des attaques des Femen, nous les contrôlerons comme nous l’avons déjà fait », ironise-t-elle. Frigide Barjot compte porter l’affaire devant le Conseil d’Etat.

L’arrêté de la préfecture de police interdit également aux manifestants l’accès à la place de la Concorde, à la place de l’Etoile et aux Invalides. « Le rassemblement aura finalement lieu à 14h00, avenue de la Grande armée », précise Frigide Barjot, qui maintient la pression avant l’examen du projet de loi par le Sénat.

Elle est prête à aller devant le Sénat le 4 avril afin de faire prendre conscience aux Sénateurs de ce qui se joue. Ce que nous voulons, c’est un sursaut de conscience, un référendum sur la question », précise-t-elle. La manifestation nationale organisée par La Manif pour Tous le 13 janvier dernier à Paris avait rassemblé un million de personnes.

Reproduction autorisée avec mention www.dreuz.info

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/interdits-de-champs-elysees-les-anti-mariage-gay-veulent-maintenir-la-pression_1233426.html

Repost 0
Published by voxpop - dans La France en résistance
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 15:06

Chacun pourra se faire une opinion....

 

 

Bricq.png

Repost 0
Published by voxpop - dans La France en résistance
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 00:08
Repost 0
Published by voxpop - dans La France en résistance

Bienvenue

  • : Le blog de voxpop
  • : Immigration en France : Etat des lieux, réflexion et charte de vote. La France en résistance
  • Contact

CHOISIR 

LA  FRANCE

 

RESISTANCE !

Capture-d-ecran--316-.png 

J'ai plus envie de me croire à Kaboul dans ma ville,

J'ai plus envie de l'incivisme, plus envie de la médiocrité comme religion, plus envie du manque d'ambition comme profession de foi.

J'ai plus envie de relativiser. >>>>